"Quiconque honore sa religion et condamne les autres
  nuit gravement à sa propre religion".

 Shafique Keshavjee

« Parler de Dieu aujourd'hui dans le langage des premiers siècles, c'est se condamner à n'être pas compris
et c'est faire courir à Dieu le péril d'apparaître comme un mythe relégué au musée des antiquités » (Maurice Zundel).

*

Site Tussier sur les sectes

L'UNADFI est une association de lutte contre les sectes.
Son site est très bien conçu car il diffuse une information facilement compréhensible et qui correspond bien aux questions du public.
Qu'est ce qu'une secte : ce chapitre définit les mouvements sectaires et propose une grille utilisable pour cataloguer les mouvements.

***

 

 

PENSER AUTREMENT EN CHRETIENTE
(Rappel:Une main sur un titre signifie que vous avez un lien direct en cliquant!!!)

***

« Le christianisme n’est pas une religion du livre, mais une religion de la parole », insiste Jean-Pierre Lémonon, exégète et spécialiste du christianisme du Ier siècle. D’ailleurs, lorsque les premiers disciples ont exprimé le souci de proclamer la Parole de Dieu, « il ne s’agissait pas d’un écrit – qui n’existait alors pas –, ni d’un livre, mais d’une prédication centrée sur la personne du Christ. » C’est dans un second temps que les communautés chrétiennes ont éprouvé le besoin de traduire l’expérience vécue avec le Christ dans des textes.

***

Nous rappelons la déclaration
de
Dignitatis Humanae à Vatican II :



« Le Concile du Vatican déclare que la personne humaine a droit à la liberté
religieuse. Cette liberté consiste en ce que tous les hommes doivent être
soustraits à toute contrainte de la part soit des individus, soit des groupes
sociaux et de quelque pouvoir humain que ce soit, de telle sorte qu'en matière
religieuse nul ne soit forcé d'agir contre sa conscience, ni empêché d'agir,
dans de justes limites, selon sa conscience, en privé comme en public, seul ou
associé à d'autres. Il déclare, en outre, que le droit à la liberté
religieuse a son fondement dans la dignité même de la personne humaine telle
que l'a fait connaître la Parole de Dieu
et la raison elle-même (2). Ce
droit de la personne humaine à la liberté religieuse dans l'ordre juridique de
la société doit être reconnu de telle manière qu'il constitue un droit civil. »

On peut ajouter que les tentatives de créer des Etats chrétiens ont échoué et coûté cher à toutes les parties en présence.

Rien n'autorise à penser que des états musulmans vont et pourront faire mieux!!!

On lit aussi dans le Coran2,256
Nul ne peut être forc à croire !

***

ANNEE ST-PAUL
Cliquez sur ce titre et vous aurez à découvrir de superbes vidéos sur St-Paul et les femmes!!!

*****



"FATIGUE D'ETRE SOI"
(Une étude de Alain Ehrenberg)
" Il est, d'une certaine façon, plus exigeant de s'accomplir librement
plutôt que de se couler dans un programme avec des rails à suivre"

De nos jours, trop de chrétiens se tournent vers des ouvrages, des conseillers, des thérapeutes en tout genre, des communautés à la mode, des CD audio...
Non pas que cela soit mauvais, mais ils oublient de se tourner vers Dieu en empruntant le chemin de la prière.

" Notre tâche de théologiens est de contribuer à libérer l'annonce de l'Evangile de la prison que constitue une certaine compréhension du dogme, compréhension qu'une théologisation dépassée continue à entretenir" Paul Tihon, Jésuite théologien belge.

Lire la page "ACTION-CONTEMPLATION" (Clic sur titre!!!)
Même le commerce et l'industrie font des séminaires de réflexion!!!

***

Ce n’est pas parce que nous sommes chrétiens que nous n’aurons pas notre lot de difficultés. D’ailleurs, la Bible est claire sur ce point : "Dieu fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes". (Matthieu 5.45).

La différence majeure entre les enfants de Dieu et ceux qui ne le sont pas, vient du fait que nous avons le Seigneur comme appui lorsque nous affrontons l’épreuve. Il est là pour nous encourager et nous donner la force de continuer.

Vous trouverez, en bas de page, le résultat d'un test que j'ai fait dans le site chrétien "CROIRE"....je ne prétends pas vous apporter une réponse valable pour vous, mais une piste où je me suis engagé parmi d'autres qui m'avaient été habituellement fournies...Je n'ai pas eu à quitter pour cela mon église et négliger les ouvertures religieuses existantes qui nous transmettent LA BONNE NOUVELLE!!!

La VERITE est un prisme dont nous ne sommes que les multiples facettes
Pierfetz

Dites-vous bien que la VERITE est un prisme dont nous ne sommes que les multiples facettes. Certains ont besoin de s'accrocher à une vérité qui leur convient et c'est bien ainsi ...Pour aller plus loin, il vous faudra passer, au cours de votre exixtence, par des chemins escarpés mais remplis de découvertes qui vous feront progresser pour construire votre propre vérité avec l'aide du Maître des chrétiens par excellence: JESUS!!!

****

ACTION-CONTEMPLATION
L'équilibre de la méditation et du travail, chers à Saint-Benoit!!!!!

Cliquez sur le titre ci-dessous pour accéder à une façon bien particulière de vive sa foi!!!!!
On ne trouve pas seulement cette discipline dans le New Age, les modes orientales ou fondamentalistes!!!!

Sa Particularité

Elle enseigne le chemin de l'oraison avec le corps.
L'oraison est un long chemin qui s'étire tout au long de la vie.
Tout l'être de l'homme est concerné : corps, âme, esprit.

Notre enseignement intègre les étapes de l'éveil de la conscience chez le jeune enfant selon la neuro-physiologie, en vue d'une relation harmonieuse avec le monde extérieur tel qu'il est, avec soi-même en vérité et avec Dieu tel qu'il se révèle.

Cette démarche s'inscrit dans l'enseignement traditionnel des Maîtres spirituels. L'aide que nous proposons inclut l'éducation de l'attention, la détente psycho-corporelle et la guérison des blessures intérieures en communion avec le Christ.

***

S'OUVRIR A L'ESPRIT!!!
Simone Pacot

Simone Pacot a exercé le métier d'avocat.
Son parcours "d'évangélisation des profondeurs" propose d'allier vie spirituelle et vie psychique en prenant en compte la réalité de l'incarnation et de l'apport des sciences humaines.
(Bethasda B.P. 5292, 78175 Saint-Germain en Laye)

L'insécurité fondamentale d'un être, basée sur la culpabilité, le perfectionnisme, le sens suraigu du devoir nous mènent vers un Dieu justicier et pervers ou une entité supérieure et contraignante selon nos croyances! C'est une démarche qui nous éloigne souvent de la foi ou de la Force intérieure qui nous anime. Il ne suffit pas de croire en Dieu pour aller bien!!! Une psychothérapie s'avère parfois nécessaire..
La vie spirituelle et la vie psychique ne devraient pas être opposées, mais mises en relation. De là à la partager avec les autres, il n'y a qu'un pas...

Courts extraits de son article lu dans la revue "Prier" ( présentation des sessions!)

Nous devons entrevoir le sens véritable de l'incarnation dans trois dimensions: biologique; psychologique; spirituelle (au sens d'un développement "d'un coeur profond", qui n'est pas le coeur émotionnel, mais le noyau de notre être). Nous sommes conduits à nous poser cinq questions simples:

Qu'est-ce qui m'est arrivé?

Quelle émotion ai-je ressentie et qu'en ai-je fait?

Pour contourner la souffrance de la blessure,
Ai-je pris une direction qui m'a conduit(e) à transgresser une loi de vie?

Quelle fausse croyance est à la base de cette mauvaise direction?

Quelle issue en Christ y a-t-il pour moi dans la parole de Dieu?
( L'Esprit nous pousse toujours vers le nouveau,
Le Christ nous aide dans le "comment faire")

***

CINQ LOIS AU CENTRE DE CET ENSEIGNEMENT...

CHOISIS LA VIE ( Dt 30,15-20)
N'aie aucune connivence avec la mort.

ACCEPTE TA CONDITION HUMAINE
Ne te prends pas pour Dieu; ne te passe pas de lui.

NE TE MELANGE PAS A L'IDENTITE D'UNE AUTRE PERSONNE
Ne cherche pas à la posséder, mais ne te laisse pas non plus posséder par elle
ni ne courbe pas l'échine davant un pouvoir abusif.

(Aidé par l'Esprit)
CHERCHE LE JUSTE LIEN ENTRE TES TROIS DIMENSIONS
Corps, Psyché, Esprit

NE TOMBE PAS DANS LA DEPRECIATION DE TOI
Au contraire, développe tes talents, écoute tes désirs les plus authentiques.
entre dans la fécondité et le don.

***

DEVENIR HUMAIN

 

Yves Burdelot est venu à Epinal, à l'invitation de Jonas-Vosges, pour tenir conférence à la faculté de droit de cette ville, le neuf novembre 2004.
Il nous a aimablement envoyé un écho de sa conférence... Ce texte est comme un dernier texte testamentaire puisque Yves Burdelot devait quitter ce monde au début de l'année suivante.
Je le regrette car il était devenu un ami en véritable osmose le temps d'un repas en tête à tête..............(P.F.)
L'édition de son livre "Devenir Humain" ( Ed.Cerf) a été très vite épuisée, mais son message demeure très fort!!! Licencié ès lettres-philosophie, ce professeur de lycée a été responsable pédagogique d'un ensemble autonome de classes terminales pendant vingt-cinq ans. Prêtre du diocèse de Coutances et Avranches, il était, depuis 1993, chargé de recherches dans le domaine des nouvelles expressions de la foi. Hommes et femmes d'une société sécularisée et laïque, nous voyons que le christianisme peut paraître usé. Assumant les exigences de la modernité aussi bien que l'originalité du christianisme, la proposition chrétienne, loin d'être ésotérique ou dépassée, constitue une des voies par lesquelles chacun peut devenir humain et aller vers soi-même aunjourd'hui. Un chemin d'humanité, humble et ouvert.
Tenter de relire la foi chrétienne, toute la foi, comme une proposition pour redécouvrir, en toutes ses dimensions, ce qui fait notre chair.

*

Intervention de Yves Burdelot à la rencontre de la mi-journée

L'existence, ce n'est pas seulement l'histoire de ma vie, c'est ce qui prend visage en moi, ce que je fais sortir de moi-même. Vivre pour faire vivre, mieux: vivre de faire vivre, c'est la démarche de Jésus.
Le premier obstacle à la foi chrétienne, c'est l'idée de Dieu qui encombre nos esprits.
Avant de transmettre, il faut déjà faire un chemin dans sa tête. Recevoir des autres ce que eux nous font découvrir de Dieu. Celui que Jésus appelait son Père ( sa source), nous le retrouvons autour de nous.
La fonction des communautés chrétiennes est de reconaître l'Esprit de Jésus dans le monde !
Reconnaître, au sens repérer, ou encore: re-connaître ( découvrir le vrai visage de quelqu'un).
Reconnaître, au sens d'être reconnaissant ( savoir dire merci )
Reconnaître, au sens de partir ( se porter) en reconaissance: être à la ligne de crête ( ou de rupture).Faire mieux exister la fraternité, la liberté, à travers ce que nous donnons à voir dans nos communautés chrétiennes.
Le point de clivage de l'Eglise, c'est de savoir si Dieu est incarné, ou au contraire s'il faut quitter notre humanité pour le trouver.
Le spirituel, c'est de l'humain qui progresse et qui traverse la mort. Le plus grands parmi vous sera votre serviteur!
La démarche proposée nous fait entrer dans une relecture, comme les apôtres sur le chemin d'Emmaüs. Evoquant les partages en aumonerie d'hôpital, Jean-Claude dit: "On s'interroge sur le façon dont Dieu nous parle à travers des vies d'hommes En équipe, c'est comme si çà nous était révélé"....................

.........

*

Devenir Humain. La proposition chrétienne aujourd'hui.
Yves Burdelot : Cerf Paris 2002 - 334 pages

 

Ce livre n’est autre qu’une proposition nouvelle pour une mise en oeuvre de la proposition de la foi encouragée par les évêques de France dans leur lettre aux Catholiques en 1997.

En 1997, après un va-et-vient de trois ans entre l'Assemblée des évêques à Lourdes et les Diocèses, paraissait la mouture définitive de La lettre aux Catholiques de France.

La question de fond était celle-ci : " Nous voulons, disaient les évêques, examiner les conditions relativement nouvelles auxquelles la foi et l'Eglise sont aujourd'hui confrontées en France " ( page 12) et la lettre se veut définir quelle proposition chrétienne faire dans le contexte nouveau. : " Proposer la foi dans la société actuelle ".

L'ouvrage de Yves Burdelot : DEVENIR HUMAIN, titre suggestif, prend au sérieux le contexte nouveau auquel les évêques font allusion, il l'analyse en détail, sans concession, avec un savoir faire acquis au diocèse de Coutances et Avranches comme professeur de philosophie et responsable pédagogique de classes terminales pendant vingt cinq ans. Depuis 1993 il est chargé de recherche dans le domaine des nouvelles expressions de la foi.

La thèse de l'ouvrage répond au souci des évêques de France : " Nous voilà appelés à proposer l'Evangile non pas comme un contre projet culturel ou social mais comme une puissance de renouvellement qui appelle les hommes, tout être humain à une remontée aux sources de la vie "(page25).

Burdelot ne dit pas autre chose : " l'homme trouve le sens de sa vie quand il tend à façonner , en lui-même et dans les autres, ce qu'il est appelé à devenir, c'est à dire humain. Le salut de chaque homme comme celui de l'histoire humaine tout entière, c'est donc la participation de tous les hommes à la venue au jour d'une authentique humanité. " (page 64) et cela amène dit-il à dire que " la proposition chrétienne ira jusqu'à dire que se faire homme ainsi, c'est devenir la ressemblance de " Dieu ". Pas du " Dieu " de nos rêves, de nos légendes, de nos habitudes mentales ou de nos peurs tellement vrai dans son humanité qu'il sera capable d'aimer jusqu'à donner sa propre vie. "

Yves Burdelot cherche une entrée honnête dans la question du sens pour éviter d'encourir le reproche fait aux chrétiens d'affirmer posséder des réponses qui les dispensent de se poser des questions. " On n'attendra pas dit-il de propositions immédiates. Surtout pas un recueil pour dire autrement la foi. 

C'est lorsque des groupes chrétiens ont ressaisi clairement le contenu réel de leur foi qu'ils peuvent alors inventer les mots simples de tous les jours, qui leur permettront d'être entendus quand ils rendent compte de ce qu'ils croient. " Il analyse quatre constantes pour éviter la fuite : ne pas biaiser avec l'expérience du mal, accueillir lucidement l'angoisse d'exister aujourd'hui, assumer l'obligation de prendre ses responsabilités et enfin de reconnaître que cette vie est mortelle. Autant de situations auxquelles aucun humain digne de ce nom n'échappe.

La dernière partie de l'ouvrage, une centaine de pages, aborde courageusement ce qu'il convient de mettre en oeuvre et qui ne réside pas dans des trucs, Ce qui compte c'est d'inviter à " agir selon Jésus " qui n'est pas lié à la confession de foi ni à une connaissance parfaite. Ce ne sont pas forcément ceux qui ont la meilleure connaissance du Jésus historique qui sont le mieux capables d'assumer les quatre constantes citées plus haut (ne pas biaiser avec l'expérience du mal, accueillir lucidement l'angoisse d'exister aujourd'hui, assumer l'obligation de prendre ses responsabilités et enfin de reconnaître que cette vie est mortelle.). Par ailleurs le chrétien ne peut pas se désolidariser de l'Eglise qui annonce le Messie : Jésus dans notre histoire, Fils de Dieu envoyé du Père.. Cependant la pensée d'aujourd'hui qui marque le chrétien se veut libre par rapport à certaines obligations religieuses. Il est des oppositions dont il faudrait sortir.

Avant d'orienter vers des ateliers d'apprentissage Y Burdelot livre sa profession de foi : " Quant à moi, écrit-il, je crois que le contentieux qui sépare l'Eglise de la modernité ne peut se solder qu'à la mesure où chrétiens, nous reprenons pleinement en charge, en la repensant en profondeur dans l'aujourd'hui de notre monde, la Parole qui nous définit. C'est pourquoi j'écris." Et pour Yves Burdelot, cette Parole est bien Jésus, le chemin d'une humanité humaine et il invite chaque chrétien a agir pour que l'Eglise se remette sans cesse elle-même à cette école d'humanité qu'elle dit avoir charge de représenter.( pages 278-279 )

Et si ce livre, facile à lire, bien construit était une contribution pour réconcilier notre Eglise avec " la modernité " sous peine de s'engager dans un itinéraire impraticable aujourd'hui, et ne serait-ce pas répondre au souci exprimé dans " la lettre aux catholiques de France"?

Maurice Leroux

Si l'édition de ce livre clef est épuisée, on peut toujours tenter sa chance sur un site où tout se vend et bien, avec sérieux...y compris en sécurité paiement et expédition!!!

http://www.amazone.com/

****

*****

ET TOUS CEUX QUI SONT EN MARGE!!!!

LIGNE EDITORIALE

La Fédération " Réseaux du Parvis" et la société " Temps présent, co-éditeurs de la Revue " les réseaux des Parvis", adressent quelques recommandations aux associations regroupées sur le Parvis de l'Eglise Catholique....Il nous a paru intéressant d'en reproduire le message évangélique qui s'adresse aussi à tous les chrétiens.....

- La référence doit être le message de Jésus le Nazaréen qui révèle à chaque personne sa dignité et nous invite tous à l'amour réciproque pour accomplir notre humanité.

- Nous aurons à respecter, reflèter et faciliter la diversité des groupes et des personnes qui cheminent au coeur ou à distance des églises:quand ils partagent la même recherche de spiritualité, les mêmes valeurs essentielles, ces différences sont un atout pour une confrontation salutaire.

- Nous devrons témoigner d'une solidarité sans faille à l'égard de toutes celles et ceux, quelles que soient leurs convictions et leurs origines, qui sont victimes de l'injustice, de la pauvreté, et de l'exclusion.

- Nous devrons oeuvrer à la prise nde conscience que la justice et la fraternité proposées par l'Evangile ne seront promues que grâce à un combat pour l'égalité entre tous les êtres humains, genres, orientations sexuelles, ethnies, cultures et classes sociales confondus, dans et à l'extérieur des églises.

- Nous serons amenés à dénoncer la manière dont les religions sont tentées d'imposer aux sociétés leurs règles propres. Cette imposition réduirait en effet à rien la liberté de l'humanité de penser par elle-même, dans sa totale diversité.

- Nous devrons constamment rappeler qu'aucun acte de foi ne peut être imposé, mais qu'il ne peut être que le fruit d'une totale autonomie de la personne. Que la grandeur du Dieu de Jésusréside dans sa fragilité, dans la possibilité qu'il nous donne de l'ignorer. Que "la" vérité n'est la propriété de personne, qu'elle demeure une quête, qu'elle nous échappera toujours dans ce monde, et que celles et ceux qui sont le plus loin du christianisme y ont aussi accès. Elle insistera sur la conviction que nulle "caste", en particulier cléricale, n'est, par nature, détentrice du vrai.

- La fidélité réaffirmée au message de Jésus et la liberté revendiquée par rapport aux dogmes et aux institutions, permettront à la revue l'exploitation fructueuse de nouvelles théologies ancrées dans l'expérience de nos contemporains.

- Nous partageons la conviction que les progrès harmonieux de la justice et de la démocratie dans le fonctionnement des sociétés et des églises - entendues comme des organisations humaines faillibles-, ainsi que l'épanouissement des personnes, sont conditionnés par l'accès de tous au savoir, et à la culture en général pour favoriser une pensée critique et féconde. Nous devons contribuer à la dynamique du partage d'expériences grâce auquel les associations du Parvis vivent ensemble une aventure humaine constructive et que promouvoir la "connaissance" est l'une des tâches essentielles.

- Nous proposerons des informations et des analyses sur les réalités sociales, culturelles, scientifiques, politiques susceptibles d'éclairer les orientations ci-dessus définies et la réalisation concrète de nos idéaux!

BIBLIOGRAPHIE DE PARVIS: UNE APPROCHE DIFFERENTE SUR DES QUESTIONS A NE PAS POSER !!!!

http://reseaux.parvis.free.fr/bibliographie.htm

*****

ANNEXE A LIRE ABSOLUMENT!!!

Conseil d’Administration du samedi 20 septembre 2008
Proposition d’un « groupe de recherche »
qui a pour objet « la Théodiversité »

(Cliquer sur ce titre)

****
***
*

LE PHARISIEN LIBERE

LE MANIFESTE DU SCHISME MOU
(Théologie fiction)

(Clic sur titre pour accéder au Blog du Pharisien libéré!)

En cas de non fonctionnement, cliquez notre page extrait du site "LE PHARISIEN LIBERE"

Est-ce un véritable manifeste théologique? un canular, une provocation? A vous de voir. Mais il pourrait remettre en cause quelques éléments de réflexions
sur l’organisation exclusive de nos Églises chrétiennes et quelques éléments intouchables de leur doctrine ou de leur discipline…

LES DOGMES ???

Institution = trahison ?

 

  Il y a 2 000 ans, le sanhédrin, une institution majeure de la religion juive, présidée par le grand prêtre, livrait à la mort le Fils de Dieu. Longtemps, les chrétiens ont accusé globalement les juifs de ce forfait, comme si l’histoire sainte de YHWH avec son peuple pouvait se réduire à l’action d’une institution ! Ce qui se passe aujourd’hui à l’égard de l’institution catholique n’est pas si différent : aux yeux d’un vaste public elle trahit le Christ et l’esprit de l’Évangile! Beaucoup résument cela par la formule «Jésus oui, l’Église non», comme si les deux termes étaient incompatibles. Et bien sûr, cet arbre cache la forêt de tout le vécu positif !  Nos contemporains ne sont pas avares en justifications. L’Église a lancé les croisades, les guerres de religion et l’Inquisition, alors que le Christ prônait la fraternité et la paix. Le Vatican « condamne » (c’est ce que les gens perçoivent) les divorcés remariés, les homo­sexuels, les femmes qui ont avorté… et tous ceux dont la vie n’est pas conforme avec son enseignement, alors que Jésus, loin de rejeter les « pécheurs », les accueillait avec amour et soulageait leurs maux. Cette contradiction est si douloureuse qu’elle a récemment poussé un jeune prêtre de 33 ans à quitter son ministère, estimant que l’obéissance au magistère l’empêchait de vivre pleinement la miséricorde de Jésus. « À force de faire passer le dogme et lesinterdits avant la mystique, l’Église a perdu tous ceux qui cherchent un ressourcement spirituel», disait une non-pratiquante en colère contre «les curés». «Ne vous étonnez pas que les Églises évangéliques aient “vidé” les églises catholiques du Brésil : ils n’ont pas le poids d’une institution rigide sur le dos» , expliquait un observateur.  La récente levée des excommunications – l’immense majorité des Français ne fait pas la différence avec une réintégration dans la communion – est perçue par des milliers de non-pratiquants, d’agnostiques mais aussi de croyants, comme une trahison, comme si l’Église prenait le parti de ceux qui semblent davantage attachés à une sacralisation identitaire qu’à la sainteté au milieu de tous, de ceux qui vénèrent les hiérarchies et entretiennent les dichotomies en lieu et place de la notion de communion prônée par le Concile.  Oui, aux yeux d’un nombre croissant de personnes, l’institution semble continuer de trahir l’Évangile. Alors même que dans la vacuité spirituelle de notre époque, l’Évangile s’avère être d’une grande aide tant dans la vie personnelle que collective !  Allons, ne soyons pas hypocrites ! Il n’y a pas que les représentants officiels de l’institution qui trahissent le Christ et l’esprit de l’Évangile. Les plus fervents d’entre nous ne le font-ils pas du matin au soir ? Mais tout de même, quand on aime l’Église et que l’on pense qu’elle est porteuse de la grâce du Christ, n’est-il pas légitime de désirer plus que tout que les paroles que donnent à entendre les successeurs des Apôtres soient l’écho de celle de Jésus ! 

 

 

 

 

Monique Hébrard LC 14/2/9 écrivain

 

 

 

***

Voir les liens divers en spiritualité chrétienne( clic)

****

Approche doctrinale des questions de toutes sortes!!!!

*******

LES AGNOSTIQUES

Nous traiterons bientôt, dans ces pages, de tous ceux qui voient leurs croyances à l'échelle cosmique ou ne fréquentent pas les religions ou philosophies avec rites assimilés!

*****
***
*

Ce monde, tel qu'il est fait, n'est pas supportable.
J'ai donc besoin de la lune, ou du bonheur, ou de l'immortalité, de quelque chose qui soit dément peut-être, mais qui ne soit pas de ce monde.

Albert Camus

La vérité pure et simple est très rarement pure et jamais simple.
Oscar Wilde

La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder.
[ Victor Hugo ]

La vérité, vous la dites, et elle vous attire des claques ou des félicitations.
Et le pire c’est que, dans un cas comme dans l’autre, personne ne vous croit.
La vérité, c’est incroyable.

Christian BOBIN



****

LE DOUTE

***

Et si l'Eucharistie n'était pas un rite?

***

L'ART DE LA SEXUALITE SACREE

***

UN POINT DE VUE PERSONNEL QUI PEUT AIDER CERTAINS!!!


(Clic sur logo et abonnez-vous à la Newletter !!))

Dieu, le Tout-Autre qui libère et fait vivre

Vous avez découvert l'image d'un Dieu à la fois Tout-Autre et tout proche. Cette découverte ne s'est pas faite en un jour. Elle est le résultat d'un long cheminement au cours duquel vous avez peut être démasqué d'autres images de Dieu : l'image du juge intraitable qui ne veut pas le bonheur de l'homme, celle d'une providence omnisciente qui télécommande les événements au mépris de la liberté humaine, ce puissant dont il faut s'attirer les faveurs pour rester en vie... Désormais, vous l'avez compris, le but n'est pas d'abord de produire des œuvres, aussi bonnes soient-elles, mais d'accueillir la révélation d'un Dieu proche pour se laisser revivifier. Le passé, avec son poids de blessures et de péchés, n'est plus une entrave à l'avenir car vous vous savez désormais aimé et sauvé malgré tout. Cette certitude ne vous empêche pas de garder les pieds sur terre : la foi connaît l'assurance mais non la sécurité. Elle n'est jamais une assurance contre les accidents de la vie ! Cela ne vous inquiète pas outre mesure : quoi qu'il advienne, quelle que soit votre vulnérabilité, Dieu est avec vous, il est pour vous force et tendresse. Conscient de ce que vous avez reçu gratuitement, vous êtes habité par le désir d'ouvrir aux autres l'espace de vie que Dieu vous a ouvert. Vous avez à cœur de prolonger cette tendresse vers votre prochain, c'est-à-dire celui dont vous vous approchez.

Pour aller plus loin :
Vous savez d'expérience qu'on ne devient pas croyant une fois pour toutes. Nous n'avons jamais fini de nous convertir en déboulonnant les images fausses de Dieu. Ce n'est pas la même chose de " croire à Dieu " que de " croire en Dieu ". Dans le premier cas, il s'agit d'une croyance intellectuelle à un concept, une idée plus ou moins précise, qui n'engage à rien sur le plan personnel. Dans le second cas, on est dans le domaine de la relation, d'une confiance accordée à quelqu'un qui ouvre sur l'amour et l'espérance. Comme le résumait le titre d'un livre du dominicain Bernard Bro, qui jouait sur les mots : " La foi ce n'est pas ce que vous pensez ". Cette relation de confiance est un appui à rechercher sans cesse surtout lorsque nous sommes confrontés à des événements douloureux : Dieu n'est jamais du côté de ce qui nous accable. Il est une puissance de vie qui nous pousse à ne pas subir l'événement mais à lui donner du sens en le transformant de telle sorte que les personnes impliquées puissent épanouir leur existence malgré tout. L'Emmanuel (" Dieu avec nous ") nous assure, en toutes circonstances, de son Esprit qui produit " amour, joie, paix, patience, bonté, bienveillance, foi, humilité et maîtrise de soi " (Galates 5, 22). Providence d'inspiration, il nous invite à accueillir, à sentir, à goûter la vie de Dieu dans le silence de la prière, nous rendant ainsi désireux et capable d'agir. Tout croyant est appelé à donner corps à ce Dieu qui se donne. C'est par nos mains et notre visage que Dieu s'incarne dans le monde afin de devenir providence les uns pour les autres.

 

Une façon de penser, parmi d'autres, et qui exclut tout anthropomorphisme qui voit Dieu à l'image de l'homme.

Ce texte est la résultante d'un test personnel que j'ai fait sur le site "CROIRE"et que je vous confie pour réflexion en respectant les différences existentes!!!!!!!!!!!!

Pierrot des Vosges

 

***

PROBLEMES ENTRE RELIGIONS

***

RESURRECTION