DOSSIERS

 

DECLARATION D'AUGSBOURG (1517-1999)
DECLARATION COMMUNE SUR LA DOCTRINE DE LA JUSTIFICATION
officiellement conclue le 31 octobre 1999 entre l'Eglise Catholique et la Fédération Luthérienne Mondiale
"Nous confessons ensemble que la personne humaine est pour son salut entièrement dépendante de la grâce de Dieu".
La justification par la foi est indépendante des oeuvres de la loi" (Paul Rom. 3,28)
"Nous confessons ensemble que les bonnes oeuvres sont les conséquences et les fruits de la justification".

Un texte officiel, non médiatisé, qui est passé inaperçu pour beaucoup de chrétiens". Ces accords interrogent nombre de pratiques quotidiennes... souvent une partie des fidèles refuse de s'interroger". Cette déclaration commune a, pour certains d'entre nous, la première place au XX ème siècle.

Il y a aussi une volonté de libérer les fidèles de nos églises des culpabilités et des anathèmes réciproques et ouvrir ainsi une grande porte à la communion ecclésiale. L'Amour de Dieu nous réunit par delà nos différences dans les pratiques religieuses et les ministères. "Les condamnations des confessions de foi luthériennes ne concernent plus l'Eglise Catholique" (sic). Cette déclaration laisse apparaître un espoir oecuménique certain. Si seulement les Eglises et les religieux cessaient de condamner ceux qui ne sont pas de leur avis...
Depuis l'Ancien Testament, déjà, l'humanité a joué avec Dieu aux échanges de sa protection et de ses pouvoirs contre les mérites et les bonnes oeuvres de ses fidèles. La culpabilité, toujours présente, a été dépassée par le regard d'Amour que Dieu porte sur chacun quel qu'il soit. A notre époque où l'on évalue les hommes à leur rendement dans l'action plus que dans la contemplation, y compris dans le caritatif et l'humanitaire, le message peut ne pas paraître d'actualité.

En Amour, le "troc" entre le divin et l'humain n'est pas de mise. C'est un don gratuit qui espère un retour, une reconnaissance, un accueil, une justification et ne garantit pas un paradis de compensations ou de récompenses. L'Amour seul peut comprendre ça ! On aime justifier ses actes et ses bonnes oeuvres et se sentir reconnu par les siens, les autres et par Dieu lui-même. Pourtant l'Amour de Dieu ne se compte pas à nos mérites ou à nos titres. Les apôtres se sont faits réprimander lorsqu'ils réclamaient une place au royaume ! On peut lire aussi, dans l'évangile : l'enfant prodigue, l'ouvrier de la onzième heure, les premiers seront les derniers... Si nos bonnes oeuvres sont le fruit et le signe de la justification face à Dieu et face aux autres, Dieu nous aime quoique nous fassions, que nous en tirions notre bonheur par amour ou par intérêt. Même ceux qui passent à côté de cette Lumière de Vérité ou en profitent sans le savoir, parce qu'ils l'ignorent ou la rejettent, ne peuvent être exclus par un jugement terrestre. P.F.

P.S. C'est bien l'affaire des indulgences et des prières monayées et salvatrices qui a déclanché la révolte de Luther aujourd'hui réhabilité sur cette question! Dieu nous donne, avec Amour, la Force d'agir. Il ne pratique pas le change!

DOSSIERS ( suite) - Retour au menu SPIRITUALITE - Menu Général