LA RENTREE

  

 

 

 

L'été sommeille

déjà la veille

du dernier soir, du dernier jour,

d'une belle histoire, d'un amour.

 

Adieu Amie !

je t'ai aimée !

 

L'été ensoleille les matins frisquets.

Bientôt septembre,

Les matins gris inquiets,

Des belles histoires, des amours de cendre.

 

Adieu Ami !

Je t'ai aimé !

 

Quand on y pense,

que serait l'été,

sans la souffrance

de se quitter

Quand vient septembre

et la Rentrée.

 

Telle est ta loi, été

Des amours composées 

Sous ta bienveillante chaleur,

De se quitter, il est l'heure

Quand vient septembre,

C'est la Rentrée !

 

 

Que seraient vacances,

sans romances?

Que seraient dimanches,

sans une danse?

Que seraient les feux,

sans être deux?

 

 

Dis, si on prenait des vacances,

Toute l'année ?

Ça serait dimanche, romances,

À jamais. 

Ainsi, les feux de nos yeux,

De nos corps, ensemble tous deux.

 

 

Le croirais-tu,

belle ingénue

que je te dise,

sans sottise :

Je n'ai vécu tout ces 10 mois

que pour ces deux où tu es là.

 

 

Et moi qui t'attendais,

Dans mes automnes et mes hivers,

Au printemps venu, c'était hier,

Encore, je te cherchais.

C'est à l'été

Que je t'ai enfin retrouvé.

 

 

 

Qu'importe demain,

jour sans lendemain,

s'il est départ,

veille des trop tard.

J'aurai vu l'aube dans mon coeur

des plus grand jours, du bonheur.

 

 

Tu sais, les demains,

Je m'en arrange assez bien.

S'il y a départ ce jour,

Il y aura retour.

De nos heures bleues et dans nos coeurs,

Reste à cueillir grands jours et bouquets de fleurs.

 

Éloix -Ode
( Complicité poétique )

Éloix ( en merci à Pierre )

*

Où est donc passé bel été ?
Mon cerf-volant est démonté.
Le vent du large a emporté
Mes souvenirs et mes regrets.

L'automne arrive, c'est la rentrée.
Je n'ai plus le temps d'y penser.
Mes amis ne peux oublier,
J'y songe comme un rusé sotret !

En amour comme en amitié,
Au-delà des jours et des nuits,
On ne coupe jamais à moitié
L'au-delà du temps qui s'enfuit.

Pierre

 

 

SUITE - RETOUR AMIS -