ETUDES DIVERSES

Le Catharisme

 

Le Catharisme est un autre christianisme apparu en Europe autour de l'An Mil. La vieille église occidentale n'en finissait pas de repousser les tentatives de réforme.

Nombreux étaient ceux qui voulaient revenir aux préceptes fondamentaux du Christ et rejetaient ouvertement la liturgie et le pesant protocole de l'Eglise officielle.

 

Ce fut le temps des "nouveaux apôtres": moines défroqués ou laïques enflammés, des hommes s'en allèrent par les chemins pour clamer les valeurs de l'Evangile à un peuple en quête de modèles de sainteté. Ils voyaient dans le monde visible l'oeuvre du diable et croyaient en un autre monde incorruptible et éternel, crée par Dieu. Ils niaient l'existence de l'enfer, condamnaient sacrements et hiérarchie ecclésiastique. Ils aspiraient à un retour à l'Eglise primitive, au christianisme des apôtres, face au laxisme de l'Eglise catholique de l'époque.

 

 

Cette religion opposait deux créations : celle du Dieu Bon, un paradis éternel et spirituel ; et celle issue d'un mauvais principe, notre monde temporel et matériel. Proches des gens de leur siècle, sachant répondre à leurs angoisses et à leurs doutes, ces "bons chrétiens" comme ils se plaisaient à se nommer ou "les bonshommes" , firent de nombreux adeptes par la seule force de la parole et de l'exemple. Incapable de fournir une réponse adaptée, l'Eglise officielle fut rapidement débordée et ne put empêcher "l'Eglise des Apôtres" de gagner des régions entières. Ce fut notamment le cas du Midi Toulousain où la noblesse locale adhéra largement à la nouvelle religion.

 

Mais ces idées nouvelles vinrent se heurter à une Eglise accrochée à ses privilèges et d'un débat théologique on en vint bientôt à une crise ouverte où la politique glissa son poison...

 

Après quelques tentatives de conciliation, on en vint aux armes et le pape Innocent III en appela à la croisade contre les hérétiques.

 

Et au printemps 1209, l'étendard de la religion flottait haut pour justifier un affrontement militaire et politique qui deviendra celui de la couronne de France contre le comté de Toulouse.. La guerre fut longue et cruelle et l'Aude paya cher son attachement aux "bons chrétiens" et sa fidélité au comte de Toulouse : les armées croisées attaquèrent les places fortes et ravagèrent le pays.

 

Et sur le versant nord des Pyrénées, le bruit des armes ne prit officiellement fin qu'en 1229 avec la défaite militaire et politique du comte de Toulouse. Ce dernier signa cette année là le traité de Meaux, qui laissait le champ libre à une répression méthodique de la religion interdite. On créa alors pour cela l'un des plus terribles instrument de répression de l'histoire : l'inquisition.

 

 

L'inquisition

Véritable police religieuse, l'inquisition était menée par quelques hommes incorruptibles qui traquaient les "mauvaises pensées" de leurs contemporains en s'appuyant sur la délation et la peur.

Si leurs premières cibles furent les nobles et les notables, coupables de croire ou tout simplement d'aider les "hérétiques", ils s'attaquèrent vite aux petites gens, paysans, artisans, marchands, décidés à éradiquer totalement le mal de la société.

 

Les effets de cette terrible mécanique de répression furent tels que rapidement, les Bonshommes ne purent se cacher dans les châteaux ou les villes, et durent chercher refuge dans les sites plus discrets ou plus inaccessibles. Ce fut notamment le cas du château de Montségur, où ils étaient installés à demeure depuis 1204 et qui devint en 1232 le point de rencontre et le refuge des proscrits ; mais aussi Quéribus, Peyrepertuse, Lastours,, les cathares résistèrent jusqu'au bout, perchés dans leurs nids d'aigle regardant la mer.

C'est en souvenir de cette période de leur histoire que ces forteresses refuges sont appelées aujourd'hui "châteaux du Pays Cathare". En fait la réalité archéologique est toute autre : les fortifications méridionales ont été complétées ou remplacées par de nouvelles constructions après la croisade.

 

Dans l'Aude on peut citer, Carcassonne, Lastours, Quéribus, Peyrepertuse, Puilaurens qui sont autant de témoins des grands événements de cette histoire.

 

Montségur ultime place forte, défi au roi et au pape, fut pris après un long siège, et plus de 200 personnes montèrent sur le bûcher le 16 mars 1244. Pour les vainqueurs comme pour les vaincus, Montségur devint alors un symbole, celui de la fin de "l'Eglise des Apôtres".

Extrait du site de fanou:
http://vaguebleue.free.fr/

 

RETOUR MENU SPIRITUALITE - MENU GENERAL