< selectionpoesiesbroderie

 

 

Broderie

 

 Au petit point de croix ou bien au point de tige

J'ai brodé sur mon coeur jusqu'au bord du vertige

Quelques gouttes de sang ont maculé mes doigts

Une fleur écarlate teinte le canevas

 

Au petit point de croix ou bien au point de tige

Sur la trame déjà un souvenir se fige

Une ombre se profile sur l'étoffe de lin

Et les fils de couleurs s’emmêlent entre mes mains

 

Au petit point de croix ou bien au point de tige

C’est un abécédaire que l’aiguille rédige

La vie au petit point jour à jour nuit à nuit

Le rêve s’effiloche au point de broderie

 

Au petit point de croix ou bien au point de tige

Itinéraires choisis que le motif exige

Le soleil au fil jaune tissé d’or et de soie

Enlumine l’ouvrage au petit point de croix

 

 Régine Foucault © - 13/04/2005
Mon amie du Vercors

***

UN TOUT PETIT LAMBEAU DE REVE

 

Un tout petit lambeau de rêve,

un si petit reste de fleurs séchés

qui s’ émiette dans mes mains,

tout d’un sourire,

tout d’un éclat de rire,

l’élan de l’oiseau.

Ton nom dans l’écorce de ma vie,

et cette fleur séchée

entre les pages

de mes jours..

 

Un éclat dans tes yeux,

juste un rêve tissé entre nous deux,

un baiser volé dans la brise d’automne,

une mèche de cheveux,

et mon âme en délire

qui s’emporte comme un funambule

sur le fil des nos amours….

 

Ce bout de laine

du vieux chandail.

Ce tricot entremêlé de mes instants,

de mes amours.

 

Ce fichu,

ce soir là

où se sont épanouies les roses

 

Ce rappel du ruisseau…

et ces pétales de souvenir

que je garde au milieu de mon devenir…

 

Juste quelques germes de rêve,

quelques couleurs de souvenance.

Vous qui êtes passée,

le temps de mes étés,

et qui êtes partie,

emportant avec vous

cette vieille laine de mon cœur…

 

Juste un petit morceau de rêve

et vous revoilà de nouveau

dans le frimas de ma vie

 

juste un brin de fleur séché….

 

Yves drolet
Mon ami du Québec

 © vendredi, 22 avril, 2005 -21:48

*

FLEURS SECHEES

 

La peine s'en va, l'espoir s'en vient,

Dès que l'on a abandonné

Les souvenirs lourds du chemin.

Ne plus penser...s'abandonner...

 

Mais si l'on emporte avec soi

La boite à soucis de Pandore,

Il faut garder cet autrefois,

Sans l'ouvrir encore et encore!!!

 

Une nuit obscure à souhait,

J'ai rencontré une carcasse,

Lui demandai ce qu'elle cachait ?

< Des fleurs séchées que je ramasse>

 

Ne touchez pas les fleurs sèchées,

Laissez tomber les feuilles mortes.

Si vous voulez les ramasser,

Vous n'aurez que des amours mortes!

Pierfetz - © 2005

RETOUR AU POEME NOSTALGIE (Clic sur ce lien)

***

Canevas d'Amour

 

Pénélope effilait, chaque soir, la tapisserie de son attente, en espérant le retour d'Ulysse...
L'ouvrage semblait parfois bien compromis et pourtant elle pensait son espoir retrouvé,
après un itinéraire "par de longs chemins détournés"!
Mais rien n'est jamais simple sur les chemins de la vie.
On ne démêle pas facilement un écheveau embrouillé.
La patience obstinée reste de mise pour demêler les bons fils
au risque de n'en tirer rapidement qu'un seul en resserrant des noeuds à jamais bloqués!
Habitués à regarder l'envers de la vie, nous percevons mal les symboles merveilleux,
dans l'enchevêtrement des fils, au dos de l'étoffe.
Il nous faut retourner passionnément l'ouvrage
pour nous en révéler le vrai visage et comprendre le message décrypté.
Le revers, négatif d'une image floue, devient réalité
baignée au révélateur de notre imaginaire inconscient ...
Imaginaire plus créateur que le savoir conscient de nos analyses raisonnables...
Il faut beaucoup d'amour et de compréhension pour sortir de son "moi"
et s'imprégner doucement de cette beauté qui ravit et dérange à la fois,
sans en couper le moindre fil de l'envers qui ne se révèle qu'à l'endroit.
Le canevas peut paraître bizarre si l'on ne le regarde pas du bon côté .
Le châle s'effiloche vite si l'on en tire quelques mailles que l'on juge inutiles !
Il faut s'en vêtir avec discernement et délicatesse, tant l'étoffe est de beauté fragile.
Etoffe ravaudée par l'usure du temps et ses passages clairs-obscurs.
Il suffit parfois de deux mots pour dire que le temps n'est pas à notre disposition:

TROP TARD !
ges clairs-obscure

Fragile canevas d'amour de l'éternelle Psyché*.

Pierfetz - ©2006

*

*Symbole de l'âme en quête d'idéal, le mythe de Psyché figure le destin de l'âme déchue
qui, après les épreuves purificatrices, s'unit à l' Amour Divin.

***

Une amie malicieuse m'a fait remarquer ceci:
En broderie, on ne fait de beaux jours qu'en tirant bien les fils ...

***

 


Dentelle d’écume…

Solitaire sur plage d’écume,
La vieille dentelière,
Au clair d’une lune de brume,
Tricote une bandière.

Echarpe aux mille trous, engendrée par le vent,
Emincée de gruyère fixé par les quenouilles,
Bulles de savon blanc, emportées par les vents.
Transparent de chatouilles !

Assise sur sa chaise,
Enfouie dans le sable ,
La fileuse est bien aise
De nous être agréable !

Une quenouille par-ci, une quenouille par-là
La vague fourni sa blanche mousse.
Dentelle imaginaire venue d’un au-dalà,
L’écharpe de la belle me paraît être douce !

Pierfetz
Ateliers d’écriture de l’Union des Ecrivains Vosgiens
Thème et temps imposé (Décembre 2013)

 

LETTRE d'abandon ( clic ici )

** 

ESPACE-LIBERTE - MENU POESIES