Pierrot troubadour - Anne - © 2001

FORCE AVEC TOI

 

Merci d'être passé(e) chez moi.
Cette FORCE est aussi en toi.
Laisse tomber tous tes vieux démons
Et retrouve tes jeunes chansons.
Quelque part, au-delà des monts,
T'attend un nouvel échanson,
Ange de Lumière et d'Amour.
Il te souhaite le Bon Jour.
Celui où le poète écrit
Pour fixer l'espace d'un temps
Tout ce qui lui vient à l'esprit
Et garder longtemps ce présent !

 

Pierfetz

 

***

 

J'ai toujours eu besoin d'écrire,
Le temps m'a pris tout mon passé.
A présent je puis te le dire:
L'Amour est souvent délaissé.

Dans mon petit jardin secret
En vain tout'une vie j'ai cherché
Parfois candide, parfois inquiet
Ce que j'y pourrais bien planter ...

Mais chaque fois dans ta maison,
La porte ouverte, ta présence,
M'ont apporté joie et raison,
Et beaucoup plus que tu ne penses.

Pourquoi donc je t'écris
Si souvent, si souvent ?
C'est à cause du temps,
Qui s'enfuit, qui s'enfuit.

Et je tisse des liens,
Un instant de loisir.
Et je ne pense à rien,
Qu'à mon propre plaisir.

Vivre l'espoir au prochain,
Faire un plein de bonheur,
Fleurir ton grand jardin,
Balayer tes malheurs.

Pourquoi donc je t'écris,
Si souvent, si souvent ?
Pour arrêter le temps,
Qui s'enfuit, qui m'enfouit.

©

"Ce n'est pas pour devenir écrivain
qu'on écrit.

C'est pour rejoindre en silence cet amour qui manque à tout amour..."

Christian Bobin

(La Part Manquante)

***

"Un poète doit laisser des traces de son passage,non des preuves.
Seules les traces font rêver."

René Char

  

 

Est-il plus beau poème ?

« Nous avons la chance inouïe, mon âmi,
Comme il n'en arrive qu'une fois par vie
De pouvoir, même dans le non-dit
Exprimer en prose ou en poème
Nos amitiés, nos mots d'aime.

**

Nous avons la chance inespérée
D'être, l'un pour l'autre, un jardin secret.
Un jardin où, tous nos rêves peuvent s'épanouir,
Comme la fleur, s'ouvrir et s'offrir
Où rien ne doit demeurer, à l'autre, caché
Un jardin fait de mots-tendresse,
Qui parfois touchent mieux que caresses. »

 

Ode Obeaudry ©

 

 

 

« LES POETES SE DISTINGUENT DES AUTRES HOMMES
PARCE QU'ILS ONT EN MEME TEMPS DES YEUX D'ENFANTS ET DE VIEILLARDS
ET QU'ILS CONSIDERENT TOUT COMME LA PREMIERE ET LA DERNIERE FOIS »

 

Paul André Ducharme ©

 

 

"La poésie est un peu le reflet de notre intérieur,
ou tout du moins de ce que nous voulons montrer consciemment ou inconsciemment.
C’est le cœur mis à nu, qui valse entre l’imaginaire et la réalité".

Pascal Lamachère ©

 

 

 

 

Yves Drolet, poète québécois contemporain, m'a écrit ceci:
« Il y a nous... les prophètes de la bonne parole,
les abonnés au verbe divin, les "filous" de la parole annoncée.
L'art est prophétie. L'art est parole donnée
et par là, amour sans condition...
Il ne trace de chemin mais ouvre les portes
comme l'allumeur de réverbère du Petit Prince.
Mais l'art ne ferme jamais le réverbère
ainsi la route est toujours illuminée...
Et quand je partirai pour un sentier d'ombre,
ce sera encore pour y allumer le chemin ,
et quelqu'un d'autre viendra prendre ma place
dans les rangs de cette humanité en marche...
De telle sorte que l'humanité ne soit jamais sans lumière..."

Yves Drolet©

 

***

Et si nos mots d’amour étaient ce pont tendu

De mon cœur à ton cœur reliant les trajectoires

De deux vies arrivées à ce point suspendu

Hésitant à choisir de mêler leurs regards

Dans le miroir étrange où les années perdues

Dansent en funambules sur le fil du hasard

Et si cette arche était une voûte d’espoir

Régine Foucault ©

 

 

Pour vivre, il faut avoir été regardé au moins une fois,
avoir été aimé au moins une fois,
avoir été porté au moins une fois.
Et après, quand cette chose-là a été donnée,
vous pouvez être seul.

La grâce de solitude - Marie de Solemne

***

 

 

 

Vieux clown assis en bord de piste,
celle du grand cirque de la Vie,
seul, à regarder passer, à leur tour,
les témoins de l'émerveillement et du rêve,
images profondes de l'être.

Pierfetz
©

 

*

Pierre Calinet - Collection Bojoly ©

 

Petit-Pierre parmi les grands !

Devenu électron-libre, il s'était détaché de la masse.
Le temps a bien fait son travail...
Il pouvait, à présent, se considérer inutile, souvent près du sacré !
Un jour, on ne le vit plus passer avec son baluchon de rêve.
C'était l'hiver des vieilles écorces et des feuilles enfouies.
Dehors, les petits pas n'étaient plus marqués dans la neige.
Pierrot s'était transformé en poussière d'étoile.

Pierfetz©

***

EN QUÊTE D'AMOUR

Parti d'un paradis perdu,

Mon périple se terminera

En un lieu encore inconnu

Que Dieu seul déterminera.

Pierfetz ©

 

 

 

ENVOI

A tous les gens de notre terre,
Je souhaite, au moins une fois,
Aujourd'hui, demain, avant-hier,
Cet Amour au-dessus des lois.

Une vision furtive du ciel,
Entre pleine lune et plein soleil,
Profonde marque indélébile,
Point de beauté, eau bleue d'une île.

Au terme de mon grand voyage,
Mon coeur est toujours aussi fou,
Bien à l'abri dans une cage,
L'oiseau bleu chante encore pour vous.

Pierfetz©

Devant ma tombe ne pleure pas.
Je n'y suis pas, je ne dors pas.
Dans le ciel je suis mille vents.
Je suis la neige qui brille comme le diamant.
Je suis la lumière qui éclaire les champs.
Je suis la pluie d'automne qui tombe doucement.
Devant ma tombe ne pleure pas.
Je n'y suis pas mort, je n'y suis pas.

Francisco de Lacerda

***

 Passerai le relais un jour,
Ce double "je" qui me passionne.
De mes cendres renaîtra l'Amour,
La VIE est plus qu'une personne.

Extrait de mon poème "Double je" - Phenix - Pierfetz ©

***

TEXTES IMPORTANTS
Un groupe d'arborigènes australiens s'avançait un jour dans un paysage aride en compagnie d'un éthnologue... Celui-ci remarqua qu'ils s'arrêtaient de temps en temps et plus ou moins longtemps. L'éthnologue en demanda les raisons...
"C'est très simple répondirent-ils, nous attendons nos âmes..." celles-ci s'arrêtaient en chemin pour regarder, sentir, écouter quelquechose qui échappait au corps.
 Il fallait les attendre pour écouter :" L'Âme du monde"

Extrait d'un recueil de Frédéric Lenoir.
L'essentiel est invisible pour les yeux aurait dit le Petit Prince.
Savons-nous attendre notre âme, nous ressourcer à notre vie intérieure, ne serait-ce que quelques instants chaque jour pour nous émerveiller et Vivre.

Pierrot pense à une vieille légende des hommes qui se prenaient pour des dieux.
C’est toujours d’actualité!  Brahma décida de leur cacher un pouvoir divin et amoureux qui leur tournait la tête. Il cacha ce trésor dans un endroit où ils leur serait impossible de le retrouver avec facilité:
«Au plus profond d’eux-mêmes».
Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre. Il a exploré, escaladé, plongé, creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.
« Le Royaume des cieux est au-dedans de vous » (Luc 17,21).
"L'intelligence, dans la nature, ce n'était qu'une pauvre petite lueur qui devait nous guider dans l'accomplissement des actes quotidiens. Nous lui avons donné, peu à peu, trop d'importance. Et nous sommes comme serait un homme qui porte une lampe dans un souterrain à la recherche d'un trésor. Soudain, la lampe fume, ou flamboie, ou ronfle, ou crépite. Alors, il s'arrête, il s'assied par terre, il fait monter ou descendre la mèche, il règle des éclairages. Et ce travail l'intéresse tant qu'il a oublié le trésor, qu'il finit par croire que le bonheur c'est de perfectionner une lampe et de faire danser des ombres sur un mur.
Et il se contente de ces pauvres joies de lampiste, jusqu'au jour où il voit soudain que sa vie s'est passée à ce jeu puéril... Trop tard ! La mort déjà le tient à la gorge.
L'intelligence, c'est la lampe. Le trésor, ce sont les joies de la vie. (Marcel Pagnol)

Quête de la pureté?
La sainteté m'a longtemps intéressé jusqu'à ce que je trouve mieux qu'elle!!! La vie de chaque jour, ravaudée par endroits, comme un drap de coton qui a beaucoup vieilli, avec des initiales brodées de rouge...
La lumière est le mot le plus beau que je connaisse avec le mot neige...à l'entendre, à le lire, à l'écrire, je me sens en paix.
Même l'aveugle peut voir la lumière.Il suffit que quelqu'un de bon lui parle. Le fin fond de la lumière c'est la bonté...
Le paradis, c'est le réel, ce qui se passe au présent, où çà se passe, au moment où çà se passe. C'est d'être présent chaque jour de sa vie avec les rencontres qu'on peut faire...c'est le réel, la chose que la plupart du temps on cherche à fuir...la vie quotidienne non protégée, sans puissance. C'est la douceur et l'étonnement de vivre une vie dont on ne comprend pas le sens, mais qui a un sens..
c'est "le jour après jour"....Figurez-vous qu'on y est!!! ... ( Christian Bobin ).

Introduction - MENU POESIES - MENU GENERAL  -