LA VIOLENCE
NOUVELLE GENERATION

 

Préférer l'Amour à la peur
(Conseils de mon amie Marie Pier, )

«Toute action entreprise par les êtres humains est fondée soit sur l'amour, soit sur la peur,
et cela ne se limite pas aux relations personnelles...
Chacun des choix que tu fais librement, tout cela vient de l'une des deux seules pensées possibles:
une pensée d'amour ou une pensée de peur.

***

Si tu rencontres l'Empathie, la Tendresse, le Bien-Être,
tu en profites avant que la dépression revienne au baromètre du temps.

Si tu rencontres l'Antipathie, la Violence, la provocation,
Lis cet extrait, ci-dessous, de "Contes de Sagesse de l'Inde" ( M.Séguy)

***

VIOLENCE SANS ECHO


Le Bouddha enseignait partout où il passait...Un provocateur hurla des insultes dans la foule stupéfaite. Le Bouddha demeura impassible.
Le révolté quitta les lieux et marcha longuement dans les rizières.Sa colère était née de la jalousie. Il venait d'insulter un sage !
Quand il revint pour se faire pardonner, le Bouddha n'eut pas à le faire.
< Que faites-vous si quelqu'un vous tend un objet dont vous n'avez pas usage et que vous ne souhaitez pas saisir ?> dit le Bouddha.
- < Je ne tends pas la main pour saisir cet objet> dit l'homme.
Le Bouddha reprit:
< Vous semblez souffrir des injures et des excès de votre langage.
Rassurez-vous, cette violence que vous donniez, il n'y avait personne pour la prendre >.

***

 

A l'école, on m'a fait connaître les idées généreuses de J.J. Rousseau. Face aux intellectuels de son temps il a persisté à prendre son rêve pour la réalité. "Sa création littéraire est un imaginaire et sa vie est une fiction vécue".

"Le progrès et la civilisation détruisent la morale et corrompent l'harmonie naturelle entre les hommes !. La propriété engendre l'inégalité et les luttes sociales.La mobilité sociale, née du désir personnel de vivre, aboutit à l'aggravation des inégalités et à la perte de l'identité"... etc...


Rousseau n'a pourtant pas prétendu revenir à l'état de nature, un état sauvage. Il connaissait bien la raison politique des dominants et des sectaires face à l'affectivité de base des dominés. Je ne pense pas que, dès sa naissance, l'humain soit si différent de l'animal sauvage qui s'affirme petit à petit et délimite son territoire.L'enfant recule au maximum ces limites et les parents ou les maîtres qui ouvrent la porte à la petite boîte de Pandore, sont bien souvent des apprentis sorciers... L'éducation commence avant la maternelle !
La prise de possession de son environnement devient vite une conquête sans limites, et, pourquoi pas, par la violence. Chez les primitifs, elle est plus que brutale et répressive, chez nous elle devient le moyen de s'éclater et de s'épanouir comme un jeu !!!On apprend aux garçons à bien se défendre ou plutôt bien se battre avec des jeux video, avec des armes fictives ou réelles !!! pour faire de bons combattants plus tard... On apprend aux filles à être de parfaites collaboratrices et à fournir le matériel humain nécessaire à ces joutes qui se terminent parfois très mal.
La question reste posée... Les violents, ce sont bien certains adultes qui laissent les plus jeunes s'épanouir, s'éclater ou contester par la violence. A présent le domaine de l'audio-visuel, de l'imaginaire et surtout du virtuel peuvent paraître sans risque à certains adultes ... Ils ne pensent pas qu'un jour leur gentil bambin va sauter aussi les barrières ou les faire sauter !
" Il se débrouille bien mon gamin... Elle les aura tous ma fille !" (sic )
Le jeu de l'épanouissement et de la réussite s'oriente vers une médiatisation étonnante des individus qui tiennent la "une" des medias en détruisant ou en écrasant ce qu'ils touchent plutôt que de construire ou d'entreprendre. Ce sont des " débrouillards " qu'on tolère même dans des domaines interdits ou dangereux.
Plus tard on chantera
"Aux armes..", Dieu aidant!, pour des causes toujours justifiées et saintes. On partira en guerre, on jouera de la répression,on applaudira peut-être aux mises en examen et aux procès notoires quand les abus dépassent, de façon exagérée et surtout inhumaine, l'entendement et la raison... Trop tard la violence est là et visiblement elle paye bien de nos jours dans les conflits quels qu'ils soient, nationaux ou internationaux ! Forts de l'exemple des adultes, les jeunes le comprennent fort bien. Fort heureusement, la majorité reste hostile à la violence mais considère que la dénonciation des camarades "sauvages" est de la délation. Et pourtant, la solidarité ne peut se faire complice d'un casse, d'un vol, d'un viol qu'ils soient physiques, matériels ou spirituels.

Mais l'humanité, à quoi joue-t-elle ?

Rappelons-nous... sur la plage on s'amuse souvent de voir le petit détruire le château de sable qu'on lui a construit ! Ou le jouet tout prêt qu'on lui a généreusement acheté pour une "passade".
L'enfant, l'adolescent ? Ils sont toujours l'objet des comportements contraires de leurs ainés ...On ne tolèrait rien chez les plus jeunes et on les exploitait!!! ce qui se fait encore beaucoup trop sur notre terre. En démocratie "sociale", on excuse parfois tout et on les laisse se "débrouiller ".
L'art de vivre en société est de respecter son voisin avec ses droits, s'il n'oublie pas, ses devoirs ! Mais il serait peut-être temps de considérer comme "gêneurs" et même "parasites" une petite frange de violents que l'on qualifie de "débrouillards" même s'ils ont en main, pour jouer, "l'Excuse" d'une société parfois sans repères pour eux !!!

Ils ont perdu tout sens civique, toute idée d'intégration dans la socièté où ils vivent....tout mode de vie en socièté hors de leur clan, leur secte !!!
Il est moins urgent de les plaindre ou de les combattre que de les soigner ou leur permettre de réintègrer notre société si imparfaite soit-elle !!!
P.F.

*

Il ne faut pourtant jamais désespérer car la plupart des jeunes ne se passionnent pas pour la violence et prennent leur vie au sérieux tout en "s'éclatant" pour garder un bon équilibre !!!
Pourtant,il est bon de réaliser qu'il y a un nombre croissant de jeunes qui posent problème dans notre environnement!!! P.F.

****

ECOUTEZ LA VOIX DU COEUR PLUS QUE CELLE DE LA PEUR !!!

«Voyez si vous réussissez à remarquer la voix dans votre tête au moment même où elle se plaint de quelque chose.
Reconnaissez-la pour ce qu'elle est, c'est-à-dire la voix dans votre tête, rien de plus qu'un schème mental conditionné, une pensée.
Chaque fois que vous remarquerez cette voix, vous réaliserez également que vous n'êtes pas la voix dans votre tête mais celui qui est en est conscient.
En fait, vous êtes la conscience qui est consciente de la voix.»
– Eckhart Tolle

***
Et mon amie Marie Pier ajoute:

Le véritable miracle n’est pas de convaincre cette voix de changer d’idée...
C’est constructif, bien sûr, mais ce n’est pas assez. Le miracle est de la démasquer – donc de la voir pour ce qu’elle est vraiment – et de simplement cesser de l’écouter.
La démasquer, car on ne réalise généralement pas qu’elle est le pur produit de notre passé et de notre conditionnement; on pense que c’est la vérité.
Et cesser de l’écouter, car on est toujours libre de nourrir ou non ces idées, toujours merveilleusement libre de refuser d’embarquer.

Ce moment sacré où on choisit d’écouter la douce voix de notre cœur plutôt que celle du jugement et de la peur
est à mon avis la plus belle déclaration d’amour, d’indépendance et de liberté

***

Apportez tous vos souhaits et toutes vos bénédictions à tous ceux que vous rencontrez. S'il y a refus, le BON vous reviendra . Ne risquez pas le pire en véhiculant ce qui est négatif !
< Si on ne vous reçoit pas, si on refuse votre écoute, sortez en secouant la poussière de vos pieds> ( Marc: 6,11 - Luc:9,9)


*

Pour goûter pleinement cette musique jouée avec une feuille!!!
Laisssez un peu la vidéo se charger, puis remettez le curseur en arrière avec votre souris...
.un peu d'avance suffit!!!

*

Passez du rêve à la réalité sans brûler le rêve !!!

Pierrot des Vosges vous souhaite de rêver:"Le Rêve est notre Apesanteur"


***

Un dernier conseil à tous ceux qui cultivent l'amertume d'un passé mal vécu!
C'est un texte de Gustave Thibon, tiré de son livre: " L'échelle de Jacob".

< Ne brûle pas ce que tu as adoré, une nouvelle forme d'idolâtrie se cache là.
Tes idoles ne furent pas responsablesde ta folie. Brûle seulement ton adoration>.

***

SUITE - Retour au menu Philosophie - Menu Général