Extrait d'une peinture de Juggler ( USA )

On court bien loin pour chercher le bonheur.

A sa poursuite en vain l'on se tourmente.

C'est dans notre propre coeur,

Que le plaça la nature prudente ...

*

«  Le bonheur, c'est comme un gros artichaut,
on doit enlever les feuilles pour voir s'il y a un coeur au milieu.
 »

[Dominique Abel]

 

 

LE BONHEUR DE VIVRE

Un des secrets du bonheur est de croquer à pleines dents
la pomme qu'on a dans sa poche,
sans envier celle qui se trouve dans la poche du voisin!!!

 

La société de consommation et la libre concurrence nous ont apporté un choix plus ouvert et des possibilités nouvelles pour améliorer notre environnement et notre mode de vie. Les groupements de défense des consommateurs, les associations humanitaires, les syndicats dans le monde du travail et des services, les mouvements politiques et les confessions religieuses ont modelé notre comportement vers une ouverture à d'autres formes de vie et de pensée... Nous avons été habitués à COMPARER pour mieux acheter ou faire valoir des droits à une vie meilleure ...
Ces avancées, en faveur d'une bonne répartition des ressources, ont provoqué une recherche louable de ce qui se fait de mieux autour de nous. Les médias ont amplifié le mouvement et la publicité commerciale tous azimuts à contribué à faire grandir notre regard sur une fatale disproportion des moyens selon les différents niveaux de vie de nos voisins.
C'est à ce moment là que notre "petit bonheur" se trouve remis en jeu... jeu dangereux s'il s'en tient seulement à "L'ESPRIT DE COMPARAISON". Beaucoup de nos états d'âme dépendent de la façon dont nous nous comparons aux autres.Il peut être utile de se rappeler que nous avons le choix de nos comparaisons qui conditionnent autant notre bien-être. Le texte ci-dessous, envoyé par mon ami Franck, recentre beaucoup notre recherche actuellement inconsidérée du bonheur de vivre... Et le don du sourire suivra pour illuminer notre entourage et le rendre agréable! P.F.

 

 

L'esprit de comparaison.
( Texte du Dalaï-Lama )

 

Qu’est-ce qui conditionne notre perception d’une situation ?

Et qu’est-ce qui définit notre degré de satisfaction ?

 

En l’occurrence, notre tendance à comparer nous influence fortement. Si, en comparant nos situations présente et passée, nous nous apercevons que nous vivons mieux, cela nous rend heureux.

Supposons que d’un seul coup notre salaire augmente :

ce n’est pas ce niveau de revenu qui, dans l’absolu, nous rend heureux.

Dès que nous en avons pris l’habitude, nous ne tardons pas à le comprendre :

tant que nous ne gagnerons pas encore plus, nous ne connaîtrons pas le bonheur. A partir de là, nous regardons autour de nous.

Que le voisin gagne plus suffira à gâcher notre plaisir.

Il en est ainsi d’athlètes professionnels qui se plaignent amèrement de salaires annuels qui se comptent en millions de francs, en invoquant le salaire encore plus élevé d’un autre sportif.

Voilà ce qui semble étayer la définition que donne H.L.Mencken de l’homme fortuné :

c’est celui dont le revenu est de six cent francs plus élevé que celui du mari de la sœur de sa femme...

Ainsi, être satisfait de l’existence
dépend souvent du point de comparaison adopté.
Regarder en permanence ceux qui sont brillants,
plus beaux, ou qui réussissent mieux,
engendre l’envie, la frustration et le chagrin.


A charge pour nous de retourner ce principe positivement,
en nous comparant à ceux qui sont moins chanceux et en songeant à tout ce que nous avons.

 ***

A PROPOS DE PERFECTIONNISME !

Sarah Breathnac a dit que la perfectionnisme se cachait derrière bien des façades, telles que le désir de ne jamais se tromper, de toujours réparer ses erreurs, de ressasser les plans établis, de toujours vouloir aller plus haut et plus loin.

"En fait, affirme-t-elle, le perfectionnisme n'est que le refus d'aller de l'avant. C'est un vase clos qui vous retient prisonnier, qui vous enfonce dans le passé à la recherche de tout ce qui ne marche pas en vous, c'est une petite voix qui vous murmure sans cesse que vous n'êtes jamais capable de faire quoi que ce soit de bien."

A force de vouloir comparer ou combattre toute la modernité avec ses avançées et ses médias commerciales, vous finirez bien par penser au'eux connaissent les secrets de la réussite ou, à l'opposé, que tout est faux et démoniaque et que vous êtes seul(e)s à connaître la vérité.
Reprenez alors votre sentier de façon raisonnable et passionnée mais pas passionnelle et vous obtiendrez l'équilibre qui vous convient!!! Arrêtez de vous comparer en mal ou en bien face aux autres et vous en retirerez une expérience à adapter à votre personne et à votre environnement...Soyez heureux.

Rien ne vous empêche de vouloir escalader quelques pentes pour mieux jouir du paysage de la VIE...
Mais attention ! N'oubliez jamais que le mieux est parfois l'ennemi du bien!

Pierfetz

*
Citations d'un autre ordre, mais pas inexactes!!!

Les deux grands secrets du bonheur : le plaisir et l'oubli.
[ Alfred de Musset ]

Le bonheur est une potiche posée sur le nez d'un mandarin ivre et qui éternue.
Pierre loti

***

Extrait de « L’art du bonheur » Le Dalaï-Lama et Howard Cutler.
Robert Laffont collection « aider la vie »

***

Vivre satisfait avec peu de moyens,
Rechercher l'élégance plutôt que le luxe,
Et le raffinement plutôt que la mode.
Etre digne et non pas respectable,
Etre fortuné et non pas riche,
Ecouter les oiseaux et les étoiles,
Les enfants et les sages avec sérénité.
En résumé : laisser le spirituel,
caché en nous,
Transparaître dans nos actes quotidiens.
R.W.Emerson

***

 

Le sourire

 

Un sourire ne coûte rien, mais a une grande valeur.

Il enrichit ceux qui le reçoivent, sans appauvrir ceux qui le donnent.

Il dure un instant, mais on s'en souvient longtemps.

Personne n'est assez riche pour s'en passer.

Même les pauvres peuvent le posséder.

Il rend les familles heureuses.

Les affaires prospères, les amitiés durables.

Un sourire nous repose, quand nous sommes fatigués.

Nous encourage, quand nous sommes déprimés.

Nous réconforte, quand nous sommes tristes.

Et nous aide à combattre tous nos soucis.

Cependant, il ne peut pas être acheté, emprunté ou volé.

Il a de la valeur, seulement quand il est donné.

Si vous rencontrez quelqu'un, qui ne vous donne pas

le sourire que vous méritez, soyez généreux donnez-lui le vôtre.

Car personne n'a plus besoin d'un sourire que celui,

qui ne peut en donner aux autres...

***

 

SUITE - RETOUR MENU PHILO - MENU GENERAL