LE MAL-ÊTRE

(La Souffrance tient une grande place en notre monde)
LA SOUFFRANCE EST UN SIGNAL,
IL NE FAUT PAS EN FAIRE UN ETAT.

LA RESILIENCE
Peut transformer
l'Ombre en Lumière.


" TORTUEUX " AFT

CORPS ET ÂME

Il y a des moments où, quelle que soit l'attitude du corps, l'Âme est à genoux!

Extraits d'une de mes conférences-rencontres sur la souffrance
et la vision biblique du "Livre de Job"


« Parler de Dieu aujourd'hui dans le langage des premiers siècles, c'est se condamner à n'être pas compris
et c'est faire courir le péril de présenter Dieu comme un mythe relégué au musée des antiquités » (Maurice Zundel).
Il m'a semblé utile de rappeler aux croyants le grand « LIVRE DE JOB », éclairé par le « RENOUVEAU » apporté par le Message Evangélique,
dans notre environnement actuel de conflits, d'attentats, de cataclysmes, d’épreuves, de ruptures, d’exclusions, de violences, d’injustices…
Autant de blessures qui touchent notre monde en recherche d'un bonheur trés inégal selon les êtres humains plus ou moins favorisés.
Les Blessures de la vie, les souffrances humaines sont de réelles questions pour la Société et les Philosophies ou les Religions qui la gouvernent.
Un examen des blessures ne peut être entrepris qu’avec une grande prudence et un infini respect de l’être blessé.
La Socièté voit souvent la souffrance comme un pesant fardeau dont elle pense délivrer ses sujets par une simple assistance médicale et matérielle.
Les Eglises, si puissantes soient-elles ne peuvent, sans altérer leur message, trancher seulement au couperet unique de la Loi et des grands principes.
Elles doivent faire preuve d’humanité et de compréhension, d'adaptation envers leurs fidèles ou survivre de façon éphémère.
*
On a souvent tronqué le sens de la souffrance dans les commentaires bibliques sur le sacrifice, l'holocauste... ! ( voir la page" sacrifice")
Une THEOLOGIE PRATIQUE est tout particulièrement appelée à assurer le passage entre discours théorique et expérience concrète (Contemplation-Action).
Comment parler vraiment de la souffrance lorsqu’on n’est pas concerné dans sa chair et son environnement immédiat.
La Souffrance peut être insupportable, acceptée, surmontée, selon le degré de spiritualité intérieure qui procure force et résistance à cette souffrance,
quand la douleur excessive ne détruit pas l’être. On ne peut, sans danger, pratiquer des rites barbares en imposant des croyances par la crainte ou la contrainte.
« La souffrance des êtres humains vient de leur manière de percevoir la vie et les événements venus de l’extérieur.
On peut souffrir ou ne pas souffrir face à un évènement en fonction de notre degré de conscience et de notre interprétation de la réalité.
Certains humains naissent endormis et ne s’éveillent jamais tant qu'ils ne sont pas atteints par la souffrance. Dommage ! ».

Pierfetz

Propos inspirés par Anthony de Mello, Jésuite d'origine indienne (1931-1987).

***

*


Nous n’allons pas analyser toutes les catastrophes, les deuils, les conflits, les violences, l’esclavage des enfants et des femmes, des plus pauvres dans certains coins de notre terre, le viol des personnes, des biens et des consciences, l’exploitation abusive des travailleurs de la base, les exclusions, les inégalités qui perdurent même là où l’on affiche la devise : Liberté – Egalité - Fraternité . Les médias nous en abreuvent à chaque instant !
On représente volontiers le Christ crucifié dans sa chair. certains exploitent encore ce filon...Les représentations les plus morbides ont couvert nos murs de tortures ou de crucifictions ...
L’essentiel, la souffrance la plus terrible, invisible pour les yeux est, à mon humble avis, la souffrance consciente de l’âme ( à Gethsémani ! ).
Notre époque a le mérite de s’intéresser davantage à la douleur des êtres en souffrance. Mais, il y a des moments où la souffrance psychologique peut surpasser la douleur physique.
Job a connu cette souffrance qui détruit un individu jusqu’à l’intérieur. De nos jours, on appelle cela d’un mot qui parle de lui-même : DEPRESSION. Il y a d’autres formes sournoises, mal reconnues comme le « BURN OUT» qui vident une personne. C’est la souffrance du soignant qui génère un épuisement émotionnel, une tendance étrange à dépersonnaliser ses patients, une réduction de l’accomplissement personnel. Le soignant se juge incompétent et inutile pour ses patients jusqu’à le mener à l’épuisement.


Dans les pays où les techniques médicalisées se sont développées, on néglige encore trop cette dépression intérieure qui peut mener à des maladies corporelles jusqu’à la mort… quand le harcèlement de l’inutile, du rejeté, de l’exclus, est insoutenable ! Le chemin de croix traditionnel est une tragédie visuelle qui nous fait oublier le vrai calvaire de Jésus : La souffrance de Jésus, abandonné au jardin de Gethsémani… ( Avoir tant donné à ses disciples et à ses amis pour en arriver là: Division des siens – Message parfois tronqué par la suite ?). Un médecin, témoigne et nous parle de sueur de sang ! ( Luc 22-44). On peut ainsi ajouter les blessures causées par la trahison ou l’abandon d’un(e) ami(e), d’un collaborateur de confiance… Plus encore, les blessures des Religions sont d’autant plus grandes que la confiante croyance à leur initiation a été primordiale dans une communauté où l’on s’est investi avec conviction pour un beau message présenté comme divin. Si l'on exclut la confiance apportée par Jésus, la blessure peut laisser des cicatrices indélébiles. On peut appliquer avec prudence cet adage, valable en amitié et en amour, en direction de conscience, en conseil juridique ou économique, en communauté d’église : Peine, Incompréhension, Désillusion, viennent aussi de notre excessif imaginaire !
Les humains ont imaginé un Dieu d’abondance à leur convenance, un monde sans souffrance ni cataclysme . Ils n’ont pas fini d’étre révoltés et déçus dans ce monde en perpétuelle restructuration où le calme est plus rare que la tempête. Jésus savait que tous ne seraient pas d’accord sur l'existence de ce Dieu, avec le Message Evangélique et ses exigences humanitaires .
Il savait que certains croiraient et d'autres non et qu'il y aurait des manques et même des persécutions :

La réponse de Jésus-Christ est sans ambiguïté et novatrice :

« Pensez-vous que les galiléens maltraités et tués par Pilate fussent de plus grands pêcheurs que tous les autres ?
Croyez-vous que les dix-huit personnes, écrasées sous les ruines de la tour de Siloé, soient plus coupables que les autres personnes de Jérusalem ?
( Luc : 13-1,5 ).

On a trop mis en avant la souffrance et les fautes dont certains seraient accablés et poursuivis par une malédiction divine bien méritée.
D'autres, les bénis de Dieu, seraient gratifiés par leurs seuls mérites et le feraient paraître par leur réussite matérielle!
Il y a encore des gens pour penser que la réussite matérielle, la victoire en ce monde, sont des signes de b
énédiction divine...
Pourquoi ces injustices parmi les mauvais qui réussissent et les bons qui subissent les pires épreuves?

Il faut savoir vivre avec des questions sans réponse et garder confiance comme Job.

Il faut s'habituer à vivre en recherche, sans réponse à toutes les questions
Tout comme à un jeu où on ne s'attarderait pas ...On passe à la question suivante!
(Page 102 de mon recueil "La Clef des Songes")
Page poème "DIS POURQUOI?"(clic)

L’Amour même souffrant ou battu ne meurt jamais quand il existe vraiment en nous.

Pierfetz

Tout en respectant et en accompagnant les chemins douloureux de tous ceux qui souffrent, il ne faut pas forcer sur les ressources de la souffrance!!!
Celle-ci nous oblige souvent à changer et à prendre des dispositions pour avancer ailleurs et parfois rebondir mieux encore.
Il n'est pas toujours désirable ou nécessaire de faire une croix de sacrifice sur notre vie lorsqu'on peut en jouir
en recherchant la joie de toute inspiration spirituelle et positive de notre être le plus intime.

***

INTERVENTIONS DIVERSES SUR LA SOUFFRANCE

(Colloques et stages Universitaire de Strasbourg)

Il faut distinguer la DOULEUR qui fait dire « J’ai mal »
de la SOUFFRANCE qui fait dire « Je suis mal ».

 

Il y a des moments où quelle que soit l'attitude du corps, l'âme est à genoux!

Quand la douleur occulte la souffrance, c’est le coma de l’âme.

Pierfetz

 

***

PENSER LA BLESSURE- PANSER LES BLESSURES.


PHYSIOLOGIE
Panser les plaies du corps.
-Techniques médicales occidentales, orientales, naturelles…

PSYCHOLOGIE
Penser les plaies de l’âme.
Psychotérapies – Croyances- Convictions…


***


LA DOULEUR EST-ELLE BONNE ???

Pour Veronique Margron, penser que la douleur est bonne parce qu'elle nous
permettrait de devenir meilleur, de mieux prier, est une idée perverse.

Veronique Margron, Doyenne d'une Université Catholique de l'Ouest, mène une carrière exigeante et assume des engagements multiples ... dont ses chroniques dans" La Vie".
Mais elle vit avec une douleur chronique lancinante dont aucune opération ni aucun traitement n'a eu raison. J'ai eu la chance de la rencontrer à Strasbourg.
Elle temoigne de I'impact de cet état sur sa foi.
" La douleur peut faire perdre la foi, faire plonger dans le desespoir." ( C'est une épreuve spirituelle. )
" La douleur physique est une saloperie. Elle n'est pas envoyée par Dieu pour nous punir ou nous rendre meilleur, comme on l'entend encore trop souvent. "

Dans les Evangiles, Jesus ne dit rien de la possibilité de sublimer la douleur quand il est face aux malades : il les guérit et les soulage.

Dieu veut qu'on vive, non pas qu'on meure. S'imaginer que la douleur peut être bonne parce qu'elle me permettrait de mieux écrire, de mieux prier, de mieux vivre avec les autres,
c'est vraiment pervers. Si j'ai toujours su que Dieu n'y était pour rien dans ma douleur, croire en lui est un vrai combat.
Car au fur et à mesure que l'on essaie de I'écarter pour qu'elle ne soit pas le centre de l'existence, la douleur revient, et s'impose de façon obsédante.
II y a un stade où l'on tombe dans le non-sens absolu, prisonnier d'une force dévorante au fond de soi.
La douleur peut faire perdre la foi, faire plonger dans Ie désespoir. Car croire en un Dieu qui m'aime et me veut du bien apparaît impossible.

C'est donc trop facile de dire que la foi peut être une force dans I'épreuve.
Pour un chrétien, la douleur est redoutable car elle oblige a remanier ses images de Dieu. C'est une épreuve spirituelle...

J'ai trouvé une plus grande justesse dans la foi, la force de vouloir habiter ma douleur depuis tant d'années.
Je n'attends pas de Dieu qu'il me guérisse, mais je crois qu'i! accompagne tout instant.

II y a des moments où l'on se sent tellement seul, que même les plus proches ne peuvent pas vous rejoindre.
Croire que le Christ est dans ma peau, et qu'il est le seul à pouvoir se tenir là, dans les heures de crise en particulier, cela peut changer la façon d'habiter la douleur.

Que le Christ soit le compagnon au coeur de l'absurde, personne ne peut vous l'arracher.

Mais je reconnais que Je ne pourrais avoir cette sureté de la presence du Christ si, par ailleurs, je n'avais la presence des proches et des amis qui font de leur mieux, à travers des gestes élementaires et presque dérisoires pour faciliter le quotidien. II y a des personnes qui disent que la douleur permet de s'unir aux souffrances de la Passion.
A ceux-la, j'ai envie de répondre : seul celui qui souffre peut affirmer celà. Personne ne peut le dire à sa place ou lui imposer cette manière de vivre sa douleur. Néanmoins, cela a toujours été pour moi un soutien incroyable que de penser à la Croix, et il faut parfois que je me force pour aller jusqu'au bout, jusqu'à la Resurrection. A moins de penser que le Crucifié est déjà vainqueur de la mort. Et qu'alors chacun de nous peut être déjà vainqueur tout en étant totalement vaincu. S'unir à la Passion quand on souffre terriblement sur un lit d'hopital peut se matérialiser de façon élémentaire: c'est prendre sur soi pour dire bonjour a l'infirmière, par exemple. C'est sortir de sa douleur.
C'est ce que fait Ie Christ sur la Croix quand il console le bon larron en lui donnant rendez-vous au paradis.

Véronique Margron , Doyenne de l'Université Catholique de l'Ouest .
Présidente de la Conférence des religieuses et religieux en France, depuis 2016

***

PANSER LES BLESSURES


Extrait très intéressant et utile d’Angela Kaupp (Freiburg – Colloque de Strasbourg).


« J’aimerais conserver cette image de « la blessure et du « pansement »
- a) Avant d’appliquer un pansement, il faut nettoyer la plaie. Il est impératif de donner aux questions l’espace nécessaire: pourquoi moi ? pourquoi maintenant ? Quel en est le sens ?. Formuler des doutes et des questions stimule la recherche de nouvelles réponses. Une consolation trop rapide réduit plus au silence qu’elle n’apaise.

-b) Alors que parfois suffisent un pansement et quelques bonnes paroles, d’autres blessures doivent être traitées plus sérieusement. Qu’une crise arrive à être surmontée rapidement ou que le processus de guérison dure plus longtemps, dépend tout aussi bien de ce qui a déclanché cette crise que des ressources que possède un être humain pour en finir avec. C’est pourquoi le traitement approprié d’une blessure exige une véritable prise de conscience de la gravité de cette crise et, le cas échéant, la consultation d’un spécialiste. Il en est de même pour les crises spirituelles.

-c) Un pansement n’est ni du définitif, ni une parure. Il serait néfaste que le concerné s’habitue à son pansement. Certes, il est possible que d’une part le pansement lui évite d’avoir à supporter la vue de sa blessure, mais, de l’autre, elle le limite dans son aptitude à réagir. Son entourage doit avoir suffisamment de doigté pour apprécier quand il est de mise de pouvoir enlever le pansement, voire quand une personne est en mesure de pouvoir supporter elle-même sa crise. Ce serait une grave erreur de vouloir surprotéger une personne tourmentée.


-d) Le pansement n’est qu’une aide et sans la volonté ni l’effort du blessé, une guérison n’est pas envisageable. Ceux qui sont concernés doivent venir à bout eux-mêmes de leur crise. Selon leur potentiel et leurs réserves personnelles, la crise peut être génératrice d’un nouvel élan et l’aboutissement d’une croyance renforcée. Pour y accéder ils ont besoin d’un entourage d’écoute et de guides ; mais eux-seuls doivent choisir le chemin et fixer le rythme de la marche ». A.K.

***

LE DEUIL

Plus la vie se prolonge, plus nous sommes tous confrontés aux deuils.On pense alors à nos chers disparus, frappés par la mort parfois imprévue et terrible.
On ne peut oublier les souffrances de l'âme, plus sournoises, mais parfois plus douloureuses à long terme dans des plaies jamais vraiment refermées.
On ne peut passer sous silence ces deuils rencontrés au cours de notre existence, quand la vie nous éloigne des proches avec lesquels nous avons vécus.
On parle moins souvent de ces deuils vivants, quand les coeurs s'éloignent, s'égarent, se querellent, se séparent ou disparaissent!

Deuil vivant 

Il y a des fleurs d'amitié qu'on a semées et qui naissent et qu'il faut abandonner quand leurs parfums sont le plus doux ;
il y a de bons coeurs, de belles âmes qui semblaient avoir attendu là pour vous aimer.
On s'était fait de leur commerce une chère habitude, ils avaient toute votre confiance, on comptait les posséder toujours... on ne les reverra plus !
Il faut s'en aller pour ne plus revenir ! C'est une mort !Partir plusieurs fois, c'est plusieurs fois mourir.
Dans les commencements, on se console par la pensée que des liens si précieux ne seront pas rompus, mais seulement relâchés, qu'on s'écrira, que l'on se confiera toujours l'un à l'autre. Hélas ! que cette pauvre consolation dure peu ! Mille choses arrivent que l'on ne peut se confier, mille circonstances empêchent d'écrire.
Peu à peu, d'autres amitiés se forment, on finit par perdre presque tout souvenir de ceux qu'on a tant aimés ; ils finissent par perdre tout souvenir de vous.
C'est bien une mort, et le coeur est une terre qui consume tous ces morts :
Voilà ce qui est triste quand on ne l'ignore plus, et ce qui rend si navrant de partir.


Louis Veuillot.

"Fleurs Sèchées"
mon poème page 81

*

VIDEO NOSTALGIE-CARPE DIEM

*

VIDEO "LES FEUILLES MORTES
Chanté parYves Montand

***

MAL - ETRE en chansons!



Page 16 et 92/93 du recueil "La Clef des Songes"
Ma vie, comme la vôtre, sont parfois marquées par le manque et l'absence.
J'ai connu aussi ces béances impossibles à combler!


La Petite Fille modèle(Clic)
"L'enfant tranquille n'est pas toujours un enfant insouciant et comblé.
S'il vit en rêve, c'est, qu'en recherche d'Amour
, il fuit parfois la réalité,

*
Arlequin égaré(
clic)
Quand il s'évaporait dans les nuages,
quand l'escalade des rêves le menait sur les sommets,
quand l'exploration des grottes de la connaissance l'éloignait des préoccupations des autres,

Arlequin s'est parfois égaré dans un ailleurs où personne ne le remarquait plus...
Solitaire dans ses pensées, ses émerveillements, ses amours.

VIDEO "LA SOLITUDE"
( Mettre le plein écran)

La Solitude peut-être grâce,
L'abandon est souffrance.

Voir pages 92 et 93 du Recueil " La Clef des Songes"
Ne pas confondre l'isolement qui est la douleur d'être seul
avec la solitude qui peut-être grâce!

***

MA JEUNESSE!

On a confondu, dans ma jeunesse de pensionnaire interne:
EDUCATION ET DRESSAGE
Ce qui explique ma recherche incessante d'amour et de tendresse
avec des phases de révoltes!!!
 

*
Pages 18/19 du recueil "La Clef des Songes"
Ma poésie "La Gomme"

****

MES VIDEOS-REALITE D'UN MOMENT!
A surmonter pour mieux rebondir!

BLESSURES D'ENFANCE

COEUR D'ENFANT

LE DEVERSOIR

LA SOLITUDE

POURQUOI JE VIS

LE TEMPS DE VIVRE

LE TEMPS QUI RESTE

LE TEMPS DE MA PAGE POESIE
"Le sablier du temps"et la chanson de Michel Fugain"

*
j'ai aussi pensé, dans un moment de vide, à un petit extrait d'Océan mer d'Alessandro Baricco :

"Regarde : on marche, on laisse toutes ces traces sur le sable, elles restent là, précises, bien en ligne.
Mais demain tu te lèveras, tu regarderas cette grande plage et il n'y aura plus rien, plus une trace, plus aucun signe, rien.
La mer efface, la nuit. La marée recouvre. Comme si personne n'était jamais passé.
Comme si nous n'avions jamais existé. S'il y a, dans le monde, un endroit où tu peux penser que tu n'es rien, c'est cet endroit, c'est ici.
Ce n'est plus la terre, et ce n'est pas encore la mer. Ce n'est pas une vie fausse, et ce n'est pas une vie vraie.
C'est du temps. Du temps qui passe. Rien d'autre."

*
La première étape est d’accepter que les blessures font partie de nous,
de nous donner la permission de nous énerver et, surtout, de nous donner du temps pour les dépasser.

Elisa Bourdeau

***

QUELQUES REMEDES

- Aimer son corps sans le négliger, mais pas le dorloter.
- Orienter notre état d'esprit vers les solutions positives.
- Ne pas trop fréquenter les personnes mal équilibrées,
...si l'on n'est pas en état de les porter ou les supporter.
- Eviter la dépendance affective et sa culpabilité............
Sortir du triangle:
VICTIME - BOURREAU - SAUVEUR.
- Fuir les manipulateurs de vérités qui nous déstabilisent
- Laisser le spirituel, caché en nous, agir au quotidien.....

La Souffrance peut être salutaire par exception...
On a trop abusé des bienfaits du sacrifice.

Notre monde actuel doit combattre la Souffrance quand elle dégrade le support de l'âme et la dignité des personnes.

Les progrès de la science peuvent en améliorer la santé physique et mentale.
Il est utopique de penser que seule la science apportera la solution...
Un minimum d'intimes convictions peut apporter ce qui manque à la science!

Pierfetz

***

Une phrase très belle d'un gitan dit: "La plus belle vie, c'est la vie qui a connu beaucoup de souffrance"
Parce tout ce qui ouvre le coeur fait venir de l'air...et l'air c'est l'Esprit qui nous monte à la tête... c'est Dieu même.

Notre coeur est si dur parfois... il faut bien que les épreuves soient là pour le fracturer comme une pierre sur un morceau de bois sec à enflammer.
Il ne faut pas rechercher les épreuves parce que çà serait du masochisme. La joie peut donner évidemment la même chose.
Mais, je sais que, dans cette vie, on ne peut pas choisir et c'est pour cela que je ne fais pas de l'angélisme et que je prends ce qui vient,
ce qui m'est donné ou ce que je subis parfois; je prends et j'essaye de tout accueillir!


Christian Bobin

***

"Dieu donne les mains, Il ne construit pas les ponts"
(Proverbe arabe
développé dans "Intimes Convictions")

LE PARI CHRETIEN

Cela nous fait penser à la parabole de Jésus : Le Royaume des Cieux est comparable à un homme qui avait semé de la bonne semence dans son champ… » (Matt : 13,24)
Dieu a posé les pieds sur terre par Jésus, comme une semence, un ferment, que nous apportons, jour après jour, à notre paradis terrestre.
Le baobab du Petit Prince nait d’une petite graine. Les grains de sable de notre combat sur terre ralentissent et stoppent parfois les grandes mécaniques du profit …
La souffrance reste, mais la douleur diminue parfois grâce à nous, lorsque nous participons à l'humanisation de notre planète.
Le Dieu d’Amour de Job et de Jésus nous aident par l’Esprit d’Amour qui nous dynamise si nous nous y branchons correctement !
« Dieu nous donne les mains, mais Il ne construit pas les ponts ». Il ne les détruit pas non plus.

Il peut y avoir des interventions divines locales ou mondiales. Personne ne peut prouver le contraire, mais celui qui se repose sur ces certitudes risque de n’avoir pas d’échos quand il le désire. Soyons réalistes et patients comme Job et retenons Zundel et la puissance de son Dieu d’Amour. Il faut parfois creuser profondément pour trouver l’eau dans le désert, passer au tamis des tonnes d’eau pour découvrir une pépite d’or dans des ruisseaux secrets , parcourir les méandres de tout un fleuve de vie, trouver l’océan de ses rêves après en avoir goûté et subi les flux et les reflux. Si la souffrance vous donne soif de vérité, de paix, de liberté, d’amour, venez vous asseoir plus souvent avec Jésus, au puits de la samaritaine. Votre souffrance aride et physique sera soignée par une eau spirituelle dont vous ignoriez peut-être le manque pour porter mieux votre fardeau. Jean ( 4 : 7,30 )

Pierfetz

*******

LACHER PRISE

«Il y a les cycles de succès au cours desquels tout semble vous sourire et bien aller,
et les cycles de l'échec quand tout ce que vous avez entrepris s'étiole et se désintègre et que vous devez tout laisser aller afin de faire place à la nouveauté ou à la transformation.

Si vous vous accrochez et résistez à ce moment-là, cela veut dire que vous refusez de suivre le courant de la vie, et vous en souffrirez.

Il n'est pas juste d'affirmer que le cycle de l'évolution est bon et celui de l'involution, mauvais, sauf dans le jugement de l'esprit.
En général, on considère l'évolution comme positive. Mais rien ne peut croître éternellement.
Si cela devait être, imaginez un peu la monstruosité et la destructivité qui en résulteraient au bout du compte.
L'involution est nécessaire pour qu'une nouvelle croissance puisse se produire. L'une ne peut exister sans l'autre.»
– Eckhart Tolle, Le pouvoir du moment présent.

Lâcher-Prise
Page poésie (clic)

"Ne brûles pas ce que tu as adoré, une nouvelle forme d'idolâtrie se cache là.
Tes idoles ne furent pas responsables de ta folie.
Brûle ton adoration!

Gustave Thibon " l'Echelle de Jacob"

Après le sage conseil de G.Tibon, on évitera, après tous genres de ruptures et de contrats, les regrets, la rancoeur, la rancune, l'amertume...
La vengeance n'adoucit pas la souffrance, bien au contraire elle l'entretient.
Il n'est guère conseillé de se présenter avec insistance, même bien intentionné, à la personne qui ne vous aime pas ou vous refuse.
Le remède est parfois pire que le mal ! Le principe est souvent sans appel:
je te suis, tu me fuis; je te fuis, tu me suis!

*
Pour voir clair dans ton âme, il est important de renoncer à ton histoire personnelle.

Tu ne dois pas te raccrocher au passé.

Vis l’instant présent et accepte la réalité telle qu’elle est.

Il est vrai que le "deuil vivant" est souvent plus difficile à faire que la séparation de mort.

*

Lâcher prise ne signifie pas arrêter de se soucier des autres,
mais refuser d’agir à leur place.

Lâcher prise, ce n’est pas me détacher,
mais c’est me rendre compte que je ne peux diriger quelqu’un d’autre.

Lâcher prise, ce n’est pas enseigner autrui,
mais c’est lui permettre d’apprendre les conséquences de ses actes.

Lâcher prise, c’est admettre son impuissance,
ce qui signifie que le résultat ne dépend pas de moi.

Lâcher prise, ce n’est pas essayer de changer ou de blâmer quelqu’un d’autre,
je peux seulement me changer moi-même.

Lâcher prise, ce n’est pas s’occuper de quelqu’un,
mais s’intéresser à quelqu’un.

Lâcher prise, ce n’est pas décider pour autrui,
mais être un soutien.

****

LE PARDON

Quand on est blessé par quelqu’un ou qu’une personne nous fait du tort, en général, le premier réflexe est le sentiment de vengeance, l’envie de lui rendre la monnaie de sa pièce …
bref : on veut prendre sa revanche !

Mais la revanche prise d’une façon ou d’une autre, n’apporte pas de grand plaisir au final…

En effet, même si vous n’en avez pas conscience, votre être intérieur sait que se venger ne rend pas meilleur.
Cela peut même retarder votre évolution, car on est obligé alors de faire appel à des émotions négatives comme le ressentiment, la colère, le reproche, voire la violence physique ou verbale.

Même si vous réussissez à porter tort, à votre tour, à la personne qui vous a fait mal ou vous a lésé, vous avez dû vous abaisser eu niveau de votre adversaire.

Il est connu que les émotions négatives diminuent vos vibrations positives et vous font régresser tandis que les émotions positives vous grandissent et font avancer.

Surtout, le fait de résister à des tendances négatives, comme la vengeance, est plus difficile que de s’y livrer.
La personne qui résiste à cette tentation facile en sort alors grandie.

Si vous pardonnez, vous vous sentirez plus libre et surtout vous vous débarrasserez de ces émotions négatives qui sont lourdes à porter.
Vous serez plus disponible et pourrez profiter de la beauté de la vie.

Le fait d’accorder son pardon demande une grande force morale. Vous y arriverez si vous comprenez que la force du pardon fait toujours progresser.

***

LE PARDON !

Vous devez pardonner car il y a une puissance libératrice dans le pardon.

Qui est le héros ? Celui qui transforme un ennemi en ami.
Avot de Rabbi Nathan

"Supportez-vous les uns les autres, et, si l'un a sujet de se plaindre de l'autre, pardonnez-vous réciproquement.
De même que Christ vous a pardonné, pardonnez-vous aussi" Colossiens 3.13

***

Le mot "Pardon" revêt plusieurs sens :

- Apheimi : éloigner de, faire disparaître, effacer, libérer, affranchir (Psaume 103.12)
- Katharizo : purifier, purger, rendre propre (Matthieu 8.3 ; 1Jean 1.7)
- Dikaioun : justifier, être vu juste, innocent (Romains 5.1)
- Katalasso : réconcilier, rétablir les relations entre Dieu et l’homme, entre les êtres humains.

***

Comment le pouvoir d'un simple mot peut changer le monde!

La cohésion sociale entretenue par un gouvernement totalitaire ou une communauté sectaire permet de rassembler, pour un temps, les membres qui les composent.
Mais les amis se muent vite en ennemis et les voisins en antagonistes.
Le virus de la haine plane parfois sur plusieurs générations, engendrant des guerres fratricides comme nous en connaissons tous actuellement.
La mémoire collective colporte les outrages d'autrefois et en cultive même les versions fausses et les outrances passées.
Les conflits ressurgissent après même des années de paix. <Aucun homme n'oublie jamais, écrivait Ogden Nash, où il a enterré la hache>.
Dans un monde sans pardon, l'outrage engendre l'outrage et il n'existe pas d'issue surtout quand les puissants peuvent tirer profit des divisions pour affaiblir leurs concurrents et diviser pour régner!!!
La haine détruit celui qui l'éprouve plus sûrement que celui qui est haï...
Le pardon brise le cycle de la répétition et introduit l'idée, folle au départ, que nous ne sommes pas destinés à ressasser interminablement les rancunes d'hier.
C'est l'aptitude sage de vivre avec le passé sans en être captif! Le pardon représente notre capacité de changer de cap pour retrouver notre liberté.
La malfaisance qui endommage les structures de notre monde, crée une injustice qui porte atteinte aux relations entre êtres libres.

Ils s'enferment dans des conflits qui les affaiblissent même s'ils pensent en sortir vainqueurs...Utopie de la victoire toujours payée chèrement par la grande majorité des humains! La seule façon de pratiquer durablement le pardon est l'Amour et la Compassion, rejoignant la justice et l'acceptation sage des torts réciproques. L'ordinateur peut fabriquer de l'oubli pour réparer le dommage causé....seul l'humain associé au divin peut introduire de nouveaux paradigmes d'Amour en donnant une chance de réaliser le renouveau tout en évitant les pièges des vampires
qui nous ramènent toujours, par intérêt pour eux, aux vices redhibitoires engrangés dans la conscience humaine...
Cette relation d'Amour est à réapprendre sans cesse avec inteligence et tolérance en tenant compte de la richesse des différences pour construire un projet commun, résultat d'un savant métissage...Pardonner, c'est tout comme Aimer. Ce n'est pas se regarder l'un l'autre pour savoir ce que l'on peut en retirer ou lui prendre, c'est regarder dans la même direction pour mettre en place des projets communs issus de nos propres différences toujours enrichissantes pour notre épanouissement!

Changer le monde par le pouvoir d'un mot...LE PARDON*

Pierfetz

* Le pardon est rarement parfait et nous devons éviter autant que possible la condescendance, le dedain, l'acceptation passive, en pensant, souvent à juste titre,
comme le Christ sur sa croix:
"Pardonnez leur, ils ne savent pas ce qu'ils font"
( Luc 10, 1-12)
J'ajouterai qu'il est parfois difficile d'engager le dialogue...Il est préférable, dans ce cas, de ne pas insister.

Votre ennemi prendrait cela pour un acharnement!

*

LE RESSENTIMENT


Le ressentiment, c'est comme boire soi-même un poison pour essayer d'empoisonner l'autre.
Au moment où la douleur la plus vive s'estompe, la rancoeur s'installe. Elle s'envenime, comme une plaie ouverte qui ne veut pas guérir.
Le ressentiment est un monstre. Il peut avoir les proportions que vous lui donnez: vous pouvez l'alimenter de vos pensées et de votre auto-compassion.

Plus le ressentiment se développe, plus votre vie en est affectée.
L'énergie que vous investissez dans ce fantôme de votre esprit est la même que celle que vous pourriez utiliser pour réaliser vos rêves et vivre la vie pleine et entière que vous méritez


Celui qui ne pardonne pas s'isole de plus en plus, sa rancoeur l'empêche de goûter pleinement les fruits de la vie.
Avec le rancoeur, tout devient négatif, comme embrumé par le tourment de l'amertume.

Est-ce celui qui souffre de rancoeur qui mérite le plus notre admiration? Ne serait-ce pas plutôt CELUI QUI PARDONNE? Tout ce qu'obtient celui qui se venge, c'est de fixer à jamais sa douleur dans son subconscient. La meilleure vengeance, c'est de "laisser tomber", de poursuivre sa route, de se débarrasser du poids de la rancune et de continuer à se construire au lieu de se laisser détruire. Le pardon est un cadeau que vous vous faites à vous-même. C'est un cadeau de paix, un soulagement. C'est la décision de regarder la lumière au lieu de l'obscurité, de vous diriger vers cette lumière, vers le meilleur de vous et de votre vie. Ne pardonnez pas pour que l'autre change. Acceptez le fait qu'il ne sera jamais comme vous le souhaitez -- cela ne dépend pas de vous.

Vous avez donné à un autre le pouvoir de vous rendre malheureux.

REPRENEZ-LUI CE POUVOIR.
Pardonnez, et votre immense capacité de construire votre propre tranquillité intérieure vous reviendra.
Votre vie vaut beaucoup plus que la rancoeur et le ressentiment.
Ces derniers gâchent votre énergie. Ce sont des fantômes du passé qui vous font mal.

Ni vous ni les vôtres ne méritez cela. Décidez d'être en paix, et vous retrouverez l'énergie de vos forces intérieures.


Club-positif.

***

Avec toutes ces radiations maudites , la Haine est un chancre à isoler, comme je le pense avec mon amie Marie Sunahara.

 

DEUX RIVES

Lorsque la haine est prête à naître
Il faut la mettre dans un oeuf
Et la garder en secret
Dans un coeur froid
Pour qu'il n'éclose pas.

Elle ne naîtra pas;
Je volerai très haut, très loin
Avec cet oeuf
Jusqu'à ce que je trouve une autre rive...

Marie Sunahara

 

***

.....Le probléme dans cette histoire, c'est que pour grandir, il faut accepter de mourir, tout aussi paradoxal que cela puisse paraître, et nous n'avons pas le choix....
On accepte que des choses meurent et alors on grandit, ou l'on refuse de voir ces choses mourir, et alors on s'étouffe et c'est nous qui mourons...
L'autre partie du problème est plus raffiné.
Avons nous une idée des quantités incroyables de choses qui meurent ainsi au coeur de nous pour nous permettre de grandir ?
Ces choses qui meurent, ne meurent pas seulement au fond de nous, lentement elles disparaissent.....
L'autre aspect étrange de cette histoire , c'est la résurrection de l'être qui accepte de mourir, pour vivre.....
<La vie est plus qu'une personne>

Le Phénix - poésie de Pierfetz

VIDEO "DOUBLE JE-LE PHENIX"

***

Mon Poème "REINCARNATION
Mon poème dans ce DVD

Page 110 de mon recueil "La Clef des Songes"


Combien de fois nous sommes nous ressucités nous -mêmes, pour ne pas dire réincarnés, en acceptant que des choses meurent au fond de nous, pour mieux grandir... A
y regarder de plus près, n'est ce pas là toute une philosophie du temps présent, mais n'est ce pas là aussi la clé de voûte du principe créateur...?

Yves Drolet

*

«Ne prenez jamais une décision négative quand vous êtes dans le creux de la vague.
Ne prenez jamais vos décisions les plus importantes quand vous êtes de mauvaise humeur.
Attendez. Soyez patient. La tempête finira par passer. Le printemps arrivera.»

– Robert H. Schuller

 

RESILIENCE

Mon ami Yves, Canadien, expose ici une façon très efficace de transformer les peines, les souffrances et les échecs de la vie, en pratiquant un deuil correct.
Cela permet souvent un "REBOND" plus fort que l'on qualifie de "RESILIENCE" en psychologie:
Aptitude d'un individu à se construire et à vivre de manière satisfaisante en dépit des circonstances traumatiques.

Beaucoup préfèrent enfouir leurs expériences malheureuses et souffrantes dans une boite de Pandore enfermée dans leur tête avec l'espoir d'une ouverture impossible ! ???
On occulte souvent ainsi les affaires de familles.... elles resurgissent parfois très mal par la suite !

UN BON CONSEIL!


J'aime ce mot résilience qui permet les rebonds successifs malgré les moments difficiles.
Il n'est pas question de sceller des "boites de Pandore" avec le risque d'une ouverture fracassante même très tard parfois.

Ministère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie,
comme s'ils n'avaient jamais existé!!!

"Ne brûles pas ce que tu as adoré, une nouvelle forme d'idolâtrie se cache là.
Tes idoles ne furent pas responsables de ta folie.
Brûle ton adoration!

Gustave Thibon " l'Echelle de Jacob"

LA RESILIENCE
Peut transformer
l'Ombre en Lumière.

J'en fait toujours l'expérience

Pierfetz

*

EVITER LA NOSTALGIE
(Ma page poésie)

***

Voir aussi ma poésie CATHARSIS
(Page 117 de mon recueil " LA CLEF DES SONGES")


ET MA VIDEO CATHARSIS (Clic)

 

***

SAGESSE ET CONSEILS
Une méditation musicale qui me tient à coeur!

DIAPORAMA "BEAU MESSAGE"
( Chapitre VI - N°18 )


Si vous pouvez vous brancher sur internet, cliquez sur le titre ci-dessous.

LA SOLUTION EST EN VOUS
Un site parmi tant d'autres, mais restez toujours prudents quand on vous conseille...

Souvent le commercial et la rentabilité se dévoilent par les abonnements ou les offres payantes..
Tout cela est normal mais parfois source de formatage sans grande thérapie..
Les livres et les communautés ne suffisent pas à construire une vie intérieure durable et forte..
Chacun doit se reconstruire sans cesse pour s'envoler en évacuant les "tours de lancement" de notre fusée!

J'aime bien l'image que Th. de Chardin donne de l'évolution de l'humanité...

" Mouvement montant , repassant sans cesse aux mêmes points, tout en ayant pris de la hauteur à chaque fois.

Il y a du neuf mais en quantité minime... c'est ce neuf que nous voulons voir en oubliant tout le reste".

AIMER

ECOUTER-PARTAGER- ECHANGER

Changer le regard négatif et recroquevillé sur soi-même. S'aimer en utilisant au mieux ses capacités positives.
Les défauts ne sont pas sur le corps et son comportement dans le paraître, très exploité à notre époque.

Notre esprit critique doit contribuer à changer notre être intérieur en Positif, en gommant au mieux le négatif.
< Tu portes des semences divines au fond de ton coeur. Tes larmes couleront, au creux de tes mains.
Elles feront germer les semences à partager avec l'humanité des autres pour mieux les comprendre, les aimer et être aimé en retour>
Nous n'avons rien d'autre mieux à faire que d'AIMER sur cette terre.

( Page 4 de mon recueil "La CLEF des SONGES")

***

Le RIRE est aussi une forme de prière,
car il contribue à réduire la douleur
et aide à la guérison.

Relire "Clown par Foi" de "La Clef des Songes".
(Page 8 dans le recueil "La Clef des Songes")

Page poésie " LE CLOWN"(clic)


Un petit clic sur le Clown !!!

*

LA MEILLEURE FACON D'ETRE, PLUS TARD, EST D'AMELIORER SANS CESSE SON PRESENT!

Ne pas laisser passer les moments de remission, de répit, de détente, de joie qui se cachent toujours même aux plus mauvais instants!

RECOMMENCE !


Si tu es las et que la route te paraît longue
Si tu t’aperçois que tu t’es trompé de chemin
Ne te laisse pas couler au fil des jours et du temps
Recommence !
Si la vie te semble trop absurde
si tu es déçu par trop de choses et de gens
Ne cherche pas à comprendre pourquoi
Recommence !
Si tu as essayé d'aimer et d'être utile
Si tu as connu la pauvreté et les limites
Ne laisse pas là une tâche à moitié faite
Recommence !
Si les autres te regardent avec reproches
S'ils sont déçus par toi, irrités,
Ne te révolte pas, ne leur demande rien
Recommence !
Car l'arbre rebourgeonne en oubliant l'hiver
Car le rameau fleurit sans demander pourquoi
Car l'oiseau fait son nid sans songer à l'automne
Car la vie est espoir et que tout

RECOMMENCE !

QUI NE SE PLANTE PAS NE POUSSE JAMAIS!

ESPACE LIBERTE
Ma page poésie (Clic)

*

RÊVONS UN PEU
( En dehors des clous!)
SACRIFICE ET SOUFFRANCE A NOTRE PAGE " FEU MYSTERIEUX"

Jésus-Christ n'a-t-il pas dit:

< Je désire la Miséricorde et non le sacrifice>
(Matt 12,7)


Il n'est pas toujours désirable de faire une croix de sacrifice sur notre vie lorsqu'on on peut en jouir en recherchant la joie de l'évangile....
Sans possibilité d'atténuer la souffrance dans des centres spécialisés, nos anciens ont glorifié la souffrance comme un nécessaire accès à la divinité.
Le MAL ÊTRE existera toujours chez les humains malmenés par une vie souffrante ...
Pourquoi favoriser tout ce qui freine, dans notre corps, la pleine jouissance de l'ÂME dans chaque être vivant?

Les Psaumes de louange et d'émerveillement devraient aussi avoir bonne place dans nos méditations,
même si les Psaumes de colère et de révolte correspondent souvent à notre dure réalité.
Si je n'avais qu'une prière à dire, cela serait "MERCI"

Notre coeur est si dur parfois... il faut bien que les épreuves soient là pour le fracturer comme une pierre sur un morceau de bois sec à enflammer.
Il ne faut pas rechercher les épreuves parce que çà serait du masochisme. La joie peut donner évidemment la même chose.
Mais, je sais que, dans cette vie, on ne peut pas choisir et c'est pour cela que je ne fais pas de l'angélisme et que je prends ce qui vient,
ce qui m'est donné ou ce que je subis parfois; je prends et je m'efforce de tout accueillir!
Christian Bobin

****

POUR VOUS SORTIR DU MAL-ÊTRE:
Retourner au "BIEN-ÊTRE"
(Clic et Diaporamas en bas de page)

Si le bien-être vous paraît inaccessible, ne faites jamais l'erreur de penser que vous vous en sortirez dans le repli et la solitude!
Faites une thérapie avec une recherche du bon praticien qui vous convienne sans renoncer après une déconvenue possible au départ.

NE RENONCEZ JAMAIS ET FAITES VOUS AIDER.
Eviter l'emprisonnement d'un amour morbide et possessif.
Ne persistez jamais à fréquenter une personne qui vous descend,
Recherchez sans cesse celle qui vous tire de votre trou!
Pierrot vous conseille d’ignorer les malveillants et les manipulateurs
Vivez avec passion mais fuyez tout ce qui touche à la violence passionnelle.
La Rancoeur ou la rancune sont l'autodestruction de ceux qui en vivent.
Pierfetz

***

La Souffrance est parfois une cause puissante.
Elle nous oblige à passer à l'action et à trouver une solution pour survivre!

*

La musique adoucit les moeurs...!

DIAPORAMA "CONSEILS D'UN ANCIEN"
mettre "diaporama", puis "à partir du menu"
( Chapitre VI - N°11)

***

Pour ceux et celles qui ont une croyance ou une espérance en une force d'Amour!

L’autre jour, j’ai entendu quelqu’un dire à une personne : "Excuse-moi d'exister !" J’étais stupéfait et pourtant...
Beaucoup pensent que leur vie ne sert à rien. Ils s’excusent d’exister.
Mais Dieu a un plan pour leur vie. Il a des projets de paix et un avenir pour eux. (voir Jérémie 29.11)
Beaucoup ne s’aiment pas eux-mêmes. Ils s’excusent d’exister. Mais Jésus a dit : "tu aimeras ton prochain comme toi-même". (Matthieu 19.19)
C’est dans la volonté de Dieu que nous nous aimions nous-mêmes Pierre.
Beaucoup n’ont pas été valorisé(e)s alors qu’ils étaient enfants et ont entendu des paroles négatives comme : tu es bon(ne) à rien, tu n’y arriveras jamais, tu es nul(le).
Ils s’excusent d’exister. Mais Dieu leur dit : "tu es mon fils (ma fille) bien aimé(e) en qui j’ai mis toute mon affection." (voir Matthieu 3.17)
Beaucoup sont vulnérables, tenus par la maladie ou par des situations qui semblent inextricables. Ils s’excusent d’exister.
Mais le Tout Puissant leur dit... "Je te fortifie; je viens à ton secours, je te soutiens de ma droite triomphante." (voir Ésaïe 41.10)
Beaucoup ne vivent pas pleinement leur vie chrétienne et sont dans la culpabilité. Ils s’excusent d’exister.
Mais Jésus est venu pour qu’ils aient la vie en abondance. "Il n’y a plus de condamnation pour ceux qui sont en Jésus-Christ." (voir Romains 8.1)
Beaucoup se comparent aux autres et ont le sentiment qu’ils sont moins bien, moins talentueux, ou ont moins de capacités. Ils s’excusent d’exister.
Mais Dieu a fait d’eux des personnes uniques et qui peuvent faire des exploits. La Bible dit : "Avec Dieu nous ferons des exploits !" (voir Psaumes 60.14)
Beaucoup ont été abusés physiquement, moralement, spirituellement, émotionnellement, sentimentalement et ils ont perdu confiance en eux-mêmes, dans les autres et aussi en Dieu.
Ils s’excusent d’exister. Mais Dieu, le Père, est plein d’affection pour eux. Il ne les abandonnera jamais. (voir Josué 1.5)
Vous-êtes vous reconnu(e) dans cette liste Chèr(e) Ami(e) ? Si oui, ne vous excusez pas d’exister. Dieu veut le meilleur pour vous.

Merci d'exister,

*

Dieu est un créateur qui n’est jamais en panne d’inspiration : chacune de ses créations est unique… et vous aussi ! Vous êtes unique, de même que vos dons et vos talents.
Dieu l’a voulu ainsi. Oui, vous avez quelque chose de spécial, Mon ami(e) ! Vous avez en vous quelque chose de bien particulier à apporter au monde, à partager aux gens autour de vous.
Peut-être le savez-vous ? Et si vous ne connaissez pas encore ce qui vous rend spécial(e), ce don ou ce trait de caractère que Dieu vous a donné et qui fait du bien aux autres personnes,
alors partez à sa recherche ! Demandez à Dieu de vous le révéler, afin que vous puissiez développer ce don qu’il vous a fait.
Voici un verset de la Bible que j'ai adapté pour vous… "Voici ce que dit l'Éternel, celui qui t'a fait(e) et qui t'a façonné(e) depuis le ventre de ta mère, celui qui est ton soutien :
N’aie pas peur, Mon ami(e), toi que j'ai choisi(e)." (d'après Ésaïe 44.2)
Je suis reconnaissant pour vous qui me lisez chaque jour. Je vous apprécie beaucoup. Vous avez le potentiel de changer le monde autour de vous, une personne à la fois.

Vous êtes un miracle Mon ami(e) !
Merci d'exister

*

Les rêves n’ont pas besoin d’être grands pour que leur impact soit important. Jetez un œil à ces rêves "anodins" que Dutch Sheets partage dans son livre "Rêver :
à la découverte de la destinée de Dieu pour votre vie" :
Quelqu’un en a eu assez de perdre tout le temps ses papiers et il a rêvé du trombone.
Il en a fait un rêve suffisamment petit pour être sûr que nous serions obligés de les acheter par paquets de cent !
L’exaspération occasionnée par de la nourriture coincée dans les dents a donné naissance au cure-dent.
Un auteur en herbe en a eu assez de dessiner dans la boue et il a rêvé à des crayons.
Un homme dont les pieds étaient endoloris à force de marcher pieds nus a rêvé à des sandales.
La Bible parle des commencements modestes et voici ce qu’elle en dit... 
"Il ne faut pas mépriser la petitesse des premiers travaux. Qu’on se réjouisse plutôt de voir Zorobabel l’outil à la main." 
(La Bible, Zacharie 4.10)
Les faibles commencements paraissent anodins et pourtant, en grandissant ces petits projets peuvent devenir de grandes bénédictions.
Parfois, nous pensons que si notre rêve n’est pas suffisamment grand, alors il ne compte pas, mais c’est faux.
<.....>.
L’important n’est pas de commencer grand, mais de commencer.
Avancer un pas après l’autre, un rêve après l’autre. Ce qui compte ce n’est pas tant la taille du rêve, que la taille de celui qui vous aide à le réaliser…
Le Tout-Puissant !
Je sais que Dieu est celui qui peut tout et qu’il est toujours de bon conseil.
C’est pourquoi j’ai choisi de placer mes rêves dans sa main. Et vous, voulez-vous le faire ?


Merci d'exister,

 


***

LES BLESSURES DE LA VIE
Une conférence de Lytta Basset

****
Et Pierrot à ce besoin d'écoute et d"accompagnement

Je suis une goutte d'eau qui aimerait être écoutée...

***

 

VAGABONDAGES ET VOYAGES - Retour au menu "Ecrits divers"