VENT DU LARGE

Une brise légère a soufflé
Elle est venue tout droit du large
Un fol espoir m'a réveillé ...
... Je me suis retrouvé en marge.
J'avais déjà très bien construit
Un château tout neuf sur la plage
Pour y accueillir son image
Et Brise Marine s'est enfuie.
Brise légère, Brise Marine
Emportée par les grands courants
Tu ne m'a pas laissé le temps
De te faire bien bonne mine.
P.F.©
 

 

 PAR DEUX  

 (Sur un texte de Paul Eluard )...

 Nous irons donc aux cieux
Deux à deux, deux fois un.
Nous nous connaissions deux,
Nous ne nous aimions qu'un.

 Telle est la destinée
Des amants faits de sable,
De Daphnis et Chloé,
Une bien triste fable.

Un amour disparaît,
L'amour existe encore;
Pourtant lorsqu'il renaît,
Il est d'autant plus fort.

Et les amours du monde,
Se donneront la main,
Et danseront la ronde,
Aujourd'hui et demain !

Pierfetz. - ©

PAR DEUX

Nous n'irons pas au but,
Un par un, mais par deux.
Nous connaissant par deux,
Nous nous connaîtrons tous,
Nous nous aimerons tous.
Et nos enfants riront,
De la légende noire,
Où pleure un solitaire.

(Paul Eluard)

***

 
Fond sonore: Il y a le ciel..le soleil....la mer...

 

SUITE - RETOUR MENU POESIES