<

 

 
Lamis Dachwali ©

ONDINE

 

 

Le Foehn violentait mon automne

Et séchait le sang de mon coeur.

Sauvage, mais douce comme une lionne,

Tu es venue sécher mes pleurs.

 

Vieux lion j'étais devenu,

Insensible aux humeurs du temps;

Je pansais mon coeur mis à nu,

Incapable d'aimer et pourtant...

 

Un vent de songes est arrivé,

Chargé de tendresse poétique.

Mon coeur bien frêle a chaviré,

Porté par ta potion magique.

 

Sur terre nous avons échoué,

Dans une île où pousse le rêve

Et tous deux nous avons joué

A s'aimer à jamais sans trève.

 

On dit souvent qu'il est écrit

Que lorsque deux êtres se fondent,

L'écho répercute le bruit

En un choeur d'angéliques ondes!

 

Pierfetz - Automne 2005 ©

 

Fond sonore: Le nid et la rose- Romance de Carulli ©

 

SUR LE VIF II - MENU POESIES