RENCONTRE AVEC JESUS-CHRIST
( Textes reconnus, non reconnus et profanes)
*

L'existence historique de Jésus-Christ est majoritairement admise par les croyants et aussi les non croyants
même si certaines sources successives en ont fait parfois un personnage mythique.
Quelques négationnistes ont poussé loin en prétendant que le mythe chrétien ne soit qu'une mystification!
Faut-il rappeler à ces "philosophes" que le Mythe est une histoire, tandis que la mystification est un mensonge!
Il n'y a pas que les sages antiques qui puissent soigner notre âme!
le Message Evangélique est bien passé à travers les sciècles
et personne n'effacera sérieusement les paroles et l'enseignement rénovateur de Jésus.

 

ENTRETIEN SECRET DE JESUS AVEC NICODEME
( Extrait d'un texte de "L'Evangile de Saint Claude")

Il y eu un homme d'entre les pharisiens, un certain Nicodème, qui vint auprès de Jésus,la nuit, et lui dit:

Amis, je sais personnellement que tu es un sage inspiré de dieu, car personne ne peut faire les miracles que tu fais, ni dire les choses que tu dis, ni convaincre les gens comme tu sais les convaincre, si Dieu n'est pas avec lui. Mais tu joues avec le feu!

Hier, au temple, devant la foule des pélerins venus à Jérusalem pour la Pâque, tu as profondément choqué les prêtres et les dévots en prenant à partie les vendeurs et les changeursnqui y faisaient commerce. tes propos,incendiaires et ton zèle intempestif - même si quelque part je les approuve - vont te mener droit à la potence.

Tu devrais savoir que toute vérité n'est pas bonne à dire. Mieux encore, tu devrais savoir que les hommes n'aiment pas voir clair et encore moins, qu'on voit clair en eux.

Par contre, tu as un charisme que n'ont aucun de nos chefs présentement: Tu sais toucher les coeurs! Plus encore, tu sais les transformer!

Aussi, je t'écoute parler et je me demande comment il est possible de transformer tellement son coeur pour arriver à vivre ce que tu enseignes"

Jésus lui répondit:

"Médite bien ce que je vais te dire...
Pour comprendre mon enseignement et vivre la sagesse que je propose, un homme se doit de renaître à nouveau."

Nicodème de lui répondre:

"Ami, tu dis une chose insensée! Comment un homme peut-il renaître quand il est déjà au monde? Et surtout, quand il est vieux comme moi. Doit-il à nouveau rentrer dans le sein maternel?"

Surpris de sa naïveté, Jésus sourit en lui disant:

"Non, bien sûr! Il n'est pas question d'entrer à nouveau dans le sein maternel!...Mais chacun de nous peut entrer en lui-même: c'est en nous que se trouve le Royaume de Dieu.
C'est en nous que se trouve la lumière qui doit nous éclairer et la Force qui doit nous entraîner.
Ce qui est né de la chair, reste chair...et est appelé à mourir.

Mais tout ce qui naît de la lumière est parcelle de Vérité et est appelé à vivre éternellement.

Le vent souffle où il veut....Tu en entends le bruit, mais tu ne sais d'où il vient, ni où il va...

Il en est ainsi de tout homme né de l'Esprit."

Nicodème répondit timidement, en baissant la tête:

"Il est difficile, pour moi, de comprendre tout cà: tes paroles baignent dans un mystère profond"

Jésus répliqua avec mansuétude, feignant la surprise:

"Comment! Tu es docteur en Israël et tu as de la difficulté à comprendre ce que je te dis? mais sache qu'être conscient de son ignorance c'est déjà tendre vers la connaissance.

La vraie connaissance ne peut venir que de l'intérieur de chacun. Personne ne peut nous l'offrir sur un plateau d'argent.

Mais il faut prendre garde: l'accumulation des connaissances n'est pas nécessairement la connaissance.

La connaissance de Dieu engendre l'Amour. Et celle de soi, l'humilité.

Effectivement, ce que je viens de dire n'est pas facile à comprendre sur le coup: il faut le méditer longuement et passionnément. Après, il est peut-être possible de percevoir la Lumière et de marcher dans son halo.

Tu as un coeur droit et simple, Nicodème...Tu as tout ce qu'il faut pour renaître à autre chose, le moment venu.

Moi, je te dis: pour renaître dans un autre monde, il faut savoir mourir à celui-ci.

La vie nous donne un grand exemple: ici-bas, tout ne vit que pour mourir
Et il est probable que tout meurt afin de revivre à nouveau.

Notre existence ici-bas est un moment entre deux éternités.

Moi, je te dis: Il nous faut vivre 2 fois pour vivre pleinement.

Il nous faut naître d'abord de la chair et ensuite de l'âme. Les deux naissances sont comme un arrachement...

La première naissance propulse le corps dans ce monde.
La seconde projette l'âme jusqu'au ciel."

"L'Evangile de Saint-Claude": L'auteur, originaire d'Ottawa, a fait un travail de reflexion libre, non soumis aux sources traditionnelles de la chrétienté.

Si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le Royaume de Dieu."
(Jean 3 -3)

***

Il nous faut naître deux fois pour vivre un peu, ne serait-ce qu'un peu.
Il nous faut naître par la chair et ensuite par l'âme.
Les deux naissances sont comme un arrachement.
La première jette le corps dans le monde,
la seconde balance l'âme jusqu'au ciel.

Christian BOBIN
(La plus que vive)

***



"REINCARNATION"
(Mon recueil page 110)
Lire aussi, pour les chrétiens, Paul aux Corinthiens (Ch.III).

Comment transformer en vue d'une machine parée de l'immortalité.
Un homme reconstruit ou recréé ailleurs, autrement.
Un être à la chair "dissoute dans l'Esprit" Cor III - 15/ 44

« La crémation ne touche pas à l’âme et n’empêche pas la toute-puissance divine de ressusciter le corps ».
« Elle ne contient donc pas, en soi, la négation objective de la doctrine chrétienne sur l’immortalité de l’âme et la résurrection des corps »,
précise le texte, approuvé par le pape François.

***

- Vous pouvez aussi visiter ma page de poésie :

"EMBRYON D'ETERNITE"
( Mon recueil en page 12)

ou visionner mes vidéos:

Mon poème réincarnation

"EMPREINTE DE VIE"

****
**

Jésus pour le XXIème siècle
de John Shelby Spong (Karthala) 2013

Etude non conventionnelle sur la personne de Jésus-Christ!
(Il a osé écrire pour nous rendre Jésus-Christ plus proche, même si ses propos peuvent paraître excessifs)


L'auteur de cet ouvrage est un ancien évêque anglican des USA. Il livre là son long cheminement de chrétien qui a décapé ses croyances héritées pour rendre crédible en notre temps Jésus de Nazareth. Son but est de présenter un Jésus croyable par les femmes et les hommes du 21ème siècle qui vivent dans la modernité. Il récuse en effet le Jésus qui est enseigné officiellement par les Eglises chrétiennes et qui relève d'une doctrine dogmatique et moralisante. Celle-ci non seulement n'a pas grand-chose à voir avec ce que fut réellement Jésus de Nazareth mais donne de Dieu, de Jésus, de l'homme et du monde des représentations infantilisantes. Cette doctrine s'est fondée sur la lecture fondamentaliste des écrits évangéliques.
Comment donc retrouver le Jésus historique, sa parole et ses actes libérateurs, à travers les récits évangéliques ?
Pour atteindre son but, l'auteur poursuit trois objectifs qui correspondent aux trois parties de son livre.


1°Redonner corps à l'homme Jésus

Il s'agit d'abord, grâce un travail exégétique sérieux sur les textes des évangiles, de faire apparaître la figure du Jésus historique sous les langages, les représentations, les figures de style, les codes littéraires employés par les auteurs (qui ne sont plus les nôtres). Si le message central des disciples dans les évangiles est : « Celui qui a été crucifié comme un hérétique et un être maudit de Dieu, nous professons qu'il est le visage de Dieu parmi nous », on en a fait rapidement une lecture profondément erronée en prenant au pied de la lettre les mises en scènes symboliques, les références à l'Ancien Testament considérées comme l'annonce précise des faits et gestes de Jésus, les interventions spectaculaires du ciel, les actes de puissance de Jésus.
On a transformé Jésus de Nazareth en un extra-terrestre, auréolé de titres tous plus glorieux les uns que les autres, né hors normes, extralucide, réalisant de soi-disant prophéties, muni de pouvoirs extraordinaires sur la nature et la santé, condamné à mort pour expier à leur place les péchés des hommes et remontant vivant vers Dieu une fois la mission accomplie.

Pour un homme de la modernité, impossible d'adhérer à cette présentation mythique. Quand on décode les textes (ce qu'on sait faire après deux siècles d'intense recherche exégétique),
la vérité historique se manifeste. Jésus est né comme chacun de nous d'un père et d'une mère à Nazareth et non à Bethléem, on ne sait rien de son histoire jusqu'au moment où on le retrouve aux côtés de Jean Baptiste, dont il se sépare pour fonder son groupe. Il sillonne les routes de Galilée entouré de disciples hommes et femmes, il prêche le royaume, l'avènement du monde nouveau- d'une manière originale : il conteste le légalisme et le ritualisme de sa propre religion et en transgresse les lois quand elles déshumanisent, rejettent, marginalisent, excluent les hommes et les femmes.
Les récits de miracles et de résurrection, si spectaculaires, sont en réalité une façon, après coup pour les évangélistes, de magnifier l'œuvre humanisante de Jésus, véritable visage de son Dieu. De la même façon les récits de la passion de Jésus ont réécrit les faits en les imprégnant de références bibliques.
Pareillement, ceux qui racontent les apparitions du ressuscité se servent d'images concrètes non pour décrire une réalité historique mais pour professer la conviction des disciples
qu'au-delà de la mort le Jésus qu'ils ont connu demeure vivant, promis à une fécondité universelle.


2°Etudier les portraits qu'on a fait de Jésus

Dans une seconde partie, l'auteur passe en revue les différents portraits de Jésus qu'on trouve dans les évangiles, par lesquels les disciples se sont efforcés de donner sens à l'aventure de Jésus qui semblait s'achever sur un échec retentissant. Il montre d'abord comment la relecture de l'événement Jésus s'est faite au cours des offices dans les synagogues auxquelles ont participé les disciples de Jésus jusqu' à leur mise à la porte du judaïsme vers 70 de notre ère.

Puis notre auteur énumère les différents titres donnés à Jésus par les disciples pour le rendre crédible après sa mort au sein de son peuple : nouvelle Pâque, agneau de Dieu ( celui de la Pâque et aussi celui immolé lors de la fête juive du Yom Kippour, fête de l'expiation des péchés), Fils de l'homme, appellation tiré du livre de Daniel, figure céleste et lieutenant de Dieu pour faire advenir son règne, Serviteur souffrant, en lien avec les textes du second Isaïe, Roi berger, emprunté au prophète Zacharie. De tous ces titres, notre auteur décrit l'origine biblique et les raisons pour lesquelles on les a appliqués à Jésus. Ce fut un remarquable travail créatif pour manifester que Jésus de Nazareth dans sa manière de vivre, dans ses paroles et ses actes, était, contrairement aux apparences, l'accomplissement de la tradition juive la plus authentique.

Le malheur c'est qu'on a élaboré très vite une doctrine à partir de ces titres détachés de ce que fut l'expérience du Jésus historique. On les a absolutisés en les prenant comme des en-soi et en en déduisant toutes sortes de conséquences néfastes, sans rapport avec le message et la pratique de libération de Jésus. Jésus victime expiatoire pour nos péchés, agneau de Dieu qui enlève les péchés du monde, Fils de l'homme divinisé, juge de l'humanité au dernier jour, Jésus qui rachète l'humanité par ses souffrances, Jésus le Christ-Roi qui règne sur les nations, Jésus le berger et nous les moutons...Ces représentations renvoient ainsi à des images de Dieu et de l'homme qui sont nocives.
Malgré des ravalements actuels de représentations, le vieux fonds demeure en bien des consciences et des enseignements.


3° La vie de Jésus revisitée

Après ce déblayage salutaire, notre auteur en vient à ce qui est pour lui le cœur des évangiles, sous les habillages littéraires et scripturaires dont les évangélistes ont fait usage pour accréditer la figure de Jésus, témoin et visage véritable de Dieu.
Il rappelle d'abord l'historicité de Jésus (contesté dans le passé et maintenant encore) : Jésus a réellement vécu, il est né à Nazareth, a été disciple de Jean-Baptiste, a été condamné à mort
et exécuté sous Ponce Pilate (éléments qui n'ont pu s'inventer, du fait qu'ils n'étaient pas de soi glorieux pour Jésus).
Puis il s'interroge sur le Dieu de Jésus qui transparaît dans les évangiles. Ce n'est pas le Dieu « théiste », tout-puissant, créateur des mondes infinis, dirigeant souverainement l'histoire et les vies humaines, protecteur et surveillant à la fois, inventé par les humains pour se rassurer : face à leurs angoisses existentielles de se prendre en charge dans un monde énigmatique et éprouvant, la référence à cet être supérieur n'était-elle pas pour eux garante de stabilité personnelle et sociale ?

Ce Dieu-là a hélas infesté la doctrine chrétienne officielle et en conséquence la personne de Jésus comme on l'a vu plus haut.

Or, quand on lit réellement les évangiles, le Jésus dont témoignent les premiers chrétiens n'a rien à voir avec une victime expiatoire ou un être divin parachuté sur terre. Ce Jésus est un homme qui en son temps a lutté de toutes ses forces contre la haine religieuse qui s'alimentait chez les responsables juifs de son temps dans leur prétention à posséder la Vérité. Contre l'intolérance dont ils faisaient preuve vis à vis des déviants, les samaritains ou les non-juifs. Jésus a combattu ainsi toutes les frontières tribales érigées en son peuple pour se protéger d'une soi-disant contamination : frontières entre les réputés purs et impurs, juifs et non-juifs. Il a également contesté radicalement les préjugés et les stéréotypes concernant les malades, les femmes, les enfants, les samaritains, la loi, le Temple...Il est même allé jusqu'à remettre en question la supériorité du judaïsme par rapport aux autres religions, au point de relativiser tout système religieux au profit de la droiture du cœur « religion en esprit et vérité » et de l'amour effectif que l'on porte à son prochain , notamment le plus démuni.

C'est donc sur des enjeux profondément humains (la libération de l'homme de tout ce qui l'entrave physiquement, psychologiquement, spirituellement, religieusement, socialement, économiquement...) que Jésus de Nazareth a engagé son existence à ses risques et périls.
Le Dieu dont il témoigne dans son engagement est un Dieu dont on ne peut faire l'expérience que dans l'humain. C'est ce Dieu là qu'il annonce, un Dieu qui n'est pas religieux. Jésus a payé de sa vie le combat qu'il a mené « pour que les hommes aient la vie et qu'ils l'aient en abondance » (Jean 10, 10). La croix, comme acte final pour Jésus de son chemin, révèle avec intensité, pour qui sait voir, le vrai visage de Dieu.
« La croix, portrait humain de l'amour de Dieu », dit John Spong.


Conclusion

« Jésus pour le 21ème siècle » est donc un livre salutaire pour les chrétiens de notre temps qui, comme son auteur, sont attirés par la personne de Jésus mais qui ont des exigences critiques
vis à vis des sources évangéliques qui en témoignent et vis à vis de la doctrine officielle des Eglises qui ont transformé, en dogmes et en préceptes moraux, la parole vive et la pratique libérante du nazaréen. Si tant de chrétiens désertent les Eglises, n'est-ce pas parce que les propositions de ces dernières sur Jésus et son Dieu ne répondent pas à leur attente intérieure ?
L'ouvrage sera aussi utile à ceux qui ne sont pas chrétiens, croyants autrement, athées ou agnostiques.
Il donnera à tous du relief au Jésus historique, initiateur de vie, au-delà des images d'Epinal qu'ils repoussent parfois à bon droit.

Jacques Musset

*
" On a relègué Jésus-Christ dans sa divinité pour ne pas avoir à le rencontrer"
Mgr Riobé

****
Cohérence ne veut pas dire Intelligence...

"...Pourquoi s'attacher "ne varietur" à un dogme qui ne s'est imposé que tardivement en christianisme, et n'a pas rencontré l'adhésion de tous?
L'incarnation de Dieu en la personne de Jésus-Christ n'est qu'une option.
Outre qu'évidemment elle n'est partagée ni par le Judaïsme ni par l'Islam, elle est très souvent contredite au sein du christianisme

même
dans les textes fondateurs, à commencer par exemple par l'évangile de Jean, où le Messie pourtant a la plus haute stature.
On y lit en effet: < Le Père est plus grand que moi > (14/28).
Pourquoi être plus royaliste que le roi?..."

Extrait d'un article de Michel Théron

***

A propos du Petit Prince

"Les récits populaires nous racontent des histoires d'enfants de roi, surgissant d'endroits cachés pour se présenter aux hommes avec des yeux neufs.
La dimension religieuse est manifeste. C'est le cas de Saint-Exupéry dans le "Petit Prince". Il se met à vous parler d'un fils de roi venu chez nous d'une planète lointaine;
il vous raconte que cet enfant n'a séjourné que peu de temps dans notre monde et qu'il s'attendait à mourir dans l'année, car il lui fallait retourner à la lumière des étoiles.
Pourtant sa venue n'aura pas été vaine, car, depuis lors, nous attendons son retour et les étoiles ne brillent plus de la même façon dans l'obscurité des nuits..."
( l'Essentiel est invisible pour les yeux* Une lecture psychanalytique du petit Prince d'Eugen Drewermann. Ed. Cerf ).
Je ne sais pas ce que deviendra le Petit Prince de Saint-Exupéry d'ici quelques siècles.
Il y aura peut-être d'autres enfants de roi, d'autres prophètes, des "Eveillés" qui nous arriveront d'un autre royaume.
Je me suis toujours émerveillé de sentir encore aujourd'hui la force du Message de l'enfant-roi Yéchoua Ben Joseph, né il y a environ deux mille ans!
Il représente les racines de notre civilisation et les valeurs humanitaires actuelles qui en découlent.
Les mouvements, les religions et aussi les sectes qui ont interprété son message, selon des critères parfois contestables,
n'ont pas fait disparaître Jésus et le Message Evangélique.

Ce rêve tant désiré, s'est concrètisé sur notre planète lors de la venue, historique et incontestée, de cet Enfant-roi hors du commun qui nous a montré Dieu.

Pierfetz

*****

Jésus-Christ n'appartient à personne.
même si les institutions et les pouvoirs religieux en revendiquent souvent l'exclusivité pour asseoir leur pouvoir!!!

***

LA CROIX ET LE CRUCIFIX

La Crucifixion est très fréquemment représentée dans les églises catholiques et orthodoxes par un ou plusieurs crucifix de tailles diverses.
Il en est de même des calvaires, des maisons habitées par un croyant, des cimetières, etc. Dans les églises orthodoxes la croix est à 6 ou 8 branches contre 4 à 6 chez les catholiques.

Par contre, dans la plupart des églises protestantes, le crucifix est vu traditionnellement comme une idole et une prière dite devant lui comme une manifestation d'idolâtrie.
Les polémiques, très vives et parfois sanglantes durant la Réforme, se sont apaisées. Les anglicans ont adopté une position médiane.

( Doc:Wikipedia )

*
Sacrifice ou meurtre?

Question débattue depuis le passage de Jésus-christ sur cette terre où il a "été" reconnu comme Messie, Prophète, Sauveur, Rédempteur, Rénovateur...
La situation historique, politique et religieuse d'alors le présente sous des aspects différents. Les Institutions qui ont suivi ont confirmé son Message Evangélique.
Les écrits des Evangiles reconnus ou apocryphes nous donnent des mises en lumière qui se recoupent et se complètent selon les analyses qu'on en a faites.
Selon les exégèses classiques, Il a accompli les écritures dans la totalité de leurs prémonitions avant sa venue: Le Sacrifice de sa Personne..
Selon les religions ou les représentations artistiques, on commémore le Sacrifice de la Croix ou la Sainte Scène...

Il a condamné les déviances et les erreurs des grands-prêtres de son peuple.
C'est bien la raison première de sa condamnation par les institutions qui l'ont mis à mort.
Le mode expiatoire et sacrificiel a été sujet à controverses avec le crucifix mortifiant.
Jesus ne dit rien de la possibilité de sublimer la douleur quand il est face aux malades : il les guérit et les soulage.
D'autres courants d'idées ont mis l'accent sur le Christ Rédempteur et Sauveur de notre terre.

La CROIX est devenue, par Lui, avec Lui et en Lui, l'emblème incontesté du Christianisme.

Mais les origines de la croix, remontent bien loin dans le temps.
( CLIC et mettre plein écran))

Voici un message de la Croix, hors du temps et des dogmes.
C'est une réflexion qui ne peut être occultée totalement...
Notre temps, plus critique, ne sacrifie plus aux dieux comme auparavant.

On peut retenir que la croix représente, de longue date,
l'harmonie du Vertical avec l'Horizontal,
le royaume de l'au-delà et celui d'ici-bas.

C'est tout un symbole de l'histoire de la transcendance et de l'immanence...
Libre à nous d'accepter cette intéressante étude, en totalité ou en partie.
Libre à nous de rejeter tout en bloc par foi conformiste ou traditionnaliste...
On ne peut occulter une source qui n'est pas axée uniquement sur
la privation, la souffrance, le sacrifice.
(Clic)

*

Tout en respectant et en accompagnant les chemins douloureux de tous ceux qui souffrent,
Il n'est pas toujours désirable de faire une croix de sacrifice sur notre vie lorsqu'on on peut en jouir en recherchant la joie de l'évangile...
Il n'est pas nécessaire d'en rajouter comme certaines processions saignantes du vendredi saint dans quelques rares endroits que je ne citerai pas.
On trouve aussi en terre d'Islam des flagellations sanglantes pour d'autres manifestations de pénitence.
P.F.

...Je préfère le Christ enseignant qui nous sauve,
au Christ qui nous sauve en saignant...

M.Théron

***

< Je désire la Miséricorde et non le sacrifice>
(Matt 12,7)
"LA MISERICORDE = UNE CORDE LANCEE VERS NOS MISERES"

A propos du Sacrifice dominical de Jésus-Christ, d'autres préfèrent la Commémoration de la Scène,
le rachat en question étant donné une seule fois selon les textes évangéliques!
Lettre aux Hébreux, chapitre 9 et surtout verset 28

*
Pour les spécialistes d'une Vérité qui ne peut être que la leur...
<Je pense que citer d'autres sources, comme ci-dessus, ne nuit pas à notre intime conviction sur l'importance de ce Messie hors normes...>
Il faut admettre que nul ne détient seul la vérité et que d'autres sources peuvent apporter aussi une bonne perception du Message Evangélique.

( Marc 9:38-40 )

****


J'ai toujours aimé la Croix des Gardians de Camargue par ce qu'elle mettait en relief: FOI - ESPERANCE - AMOUR.
De plus, j'ai pratiqué la randonnée à cheval pendant de nombreuses années où j'ai présidé une association de cavaliers.
De bons moments en associations ou aussi en famille!
C'est un bonheur de se promener avec un ami à la découverte d'une divine nature!

****

REDECOUVRIR LA FORCE DE L'EVANGILE
Vidéo qui traduit bien ce que je pense!!!
(Mettre le plein écran)

L'entretien de Jésus avec la Samaritaine, femme et étrangère, a profondément étonné et marqué les apôtres du Maître et les Maîtres du Temple.
La Samaritaine venait chercher une eau matérielle.
Au cours de sa conversation avec Jésus-Christ, elle va s'apercevoir que son problème est plutôt d'ordre moral et spirituel.
Sa vie était un désert et personne n'avait pu étancher sa soif jusqu'à cette rencontre avec Jésus.
Les Juifs attendaient un Messie libérateur de l'occupant romain, au profit du Peuple de Dieu ( Celui du temple de Jérusalem).
Manque de chance: on attendait un guerrier, mais son pouvoir n'était pas légionnaire bien armé!
Jésus-Christ a complété la loi existante en apportant un message plus universel, destiné à tous, autochtones et étrangers.
On ne peut pas oublier que le juif Jèsus a été un opposant perturbateur face aux institutions de pouvoir de son temps!
Les fondamentalistes de notre temps ne retiennent pas ce message universel, intemporel et novateur au-delà des seuls préceptes créés par la suite...
De son vivant, Jésus-Christ a refusé de convertir son peuple par la violence et les seules obligations rituelles.
L'évangile de Jean nous met en bonne place cette conclusion de Jésus:
" Le moment est venu où ce n'est plus sur le mont Garizim, ni à Jérusalem, qu'il faut adorer Dieu et lui rendre hommage,
mais au fond de chacun de nos coeurs, en esprit et en vérité.
(Jean 4 - 20,24)

*

Je pense à l'histoire de Brahma

< ....Depuis ce temps-là, conclut la légende, l'homme a fait le tour de la terre.
Il a exploré, escaladé, plongé, creusé, à la recherche de quelque chose qui se trouve en lui.
>

***
Une approche possible, parmi d'autres....

RENCONTRE AVEC DIEU PAR JESUS-CHRIST
(Mettre le plein écran)

le Message Evangélique est bien passé à travers les sciècles
et personne n'effacera sérieusement les paroles et l'enseignement de Jésus.
Dans sa rencontre singulière avec Dieu, le chrétien n'a pas d'autre chemin.

***

PARABOLES DE JESUS
Je n'ai pas rencontré ailleurs des textes qui délivrent un message intemporel
toujours d'actualité dans l'observation paradoxale des comportements humains.

***

RETOUR PORTES DE LA SAGESSE

TEMOINS DE LA VERITE - ECRITS DIVERS