PENSEES DE PIERROT EN FEVRIER

Hômes couverts d'un tapis blanc,
Ombres, étranges dessous d'argiles,
La neige ensevelit les flancs,
Fantômes d'empreintes fossiles.

Dessous s'endort avant réveil,
Dessus s'anime au gré du vent.
Pierrot pense à tout ce sommeil,
Le silence est omnipotent.

On dit , en ces instants sublimes
Que le vide n'est qu'apparent.
Du silence au fond des abîmes,
La vie "en soi " est un présent.

P.F.

Pleine lune à mon horizon
Me fait rêver de toi, de nous.
Mon coeur fredonne une chanson:
Valentin, Valentine, c'est nous!

Tu es venue ce soir quand même,
Je t'ai attendue tout le jour,
Malgré l'hiver et le temps blême,
Me dire: "je t'aimerai toujours".

De loin, j'ai fait venir ces roses,
Je sais très bien que tu les aimes.
Près de moi tu n'es plus morose,
"Espace liberté" de bohême.
P.F.

 

Les humains n'ont jamais trouvé
Le bonheur parmi les cactus.
La sagesse est bien éprouvée
Par les Troyens et les Virus !

Pierrot préfère la Colombe.
"Faut pas rêver disent les grands".
Vont-ils emporter dans leur tombe
L'Olifan des Preux de Roland ?

Toi, mon Amour, prends la parole.
Crie à tous les soldats en rang
Qu'ils n'iront pas au Capitole
En habit blanc taché de sang !

P.F.

 

La lumière fait place à la nuit.
Pierrot donne son coeur et sa flamme,
Loin des rumeurs et loin du bruit
Des défilés, des oriflammes.

 

Il s'interroge très souvent,
Et rêve d'une paix impossible,
Brise légère chassée au vent
D'un conflit "guerre" inadmissible*.

 

Le Père dort comme un bon guerrier
Et se prépare à la bataille...
La mère-veille sur son dernier né.
On entend au loin la mitraille!

P.F.

*D'un conflit "guère" inadmissible, selon les avis!

 

 

JANVIER

MENU PENSEES

MARS